DSK est placé en détention

Le patron du FMI a été entendu par un juge ce lundi après-midi. Le tribunal a refusé sa demande de libération conditionnelle assortie d'une caution d'un million de dollars. DSK restera en détention jusqu'au 20 mai au moins. La police a procédé à des prélèvements d'ADN alors que la femme de chambre l'a formellement identifié. Ses avocats annoncent une longue bataille.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Avec Iris Derœux, notre correspondante à New York

Dominique Strauss-Kahn est, depuis dimanche, inculpé d'«acte sexuel criminel, de tentative de viol et séquestation illégale» sur une femme de chambre de 32 ans dans une suite de l'hôtel du Sofitel de la 44e rue ouest à Manhattan. Entendu ce lundi par le tribunal de New York, sa demande de liberté conditionnelle, moyennant le versement d'une caution d'un million de dollars, a été rejetée. Le patron du FMI est placé en détention au moins jusqu'à vendredi 20 mai, date de la prochaine audience. Ses avocats annoncent une longue bataille.

Voici les derniers développements de ce lundi. Les heures indiquées sont les heures françaises.

L'un des avocats de Dominique Strauss-Kahn, Benjamin Brafman, a pris la parole à la sortie du tribunal, après la comparution de son client. «Nous sommes évidemment déçus par la décision du tribunal», a-t-il déclaré. «Nous croyons à l'innocence de M. Strauss-Kahn et nous pensons que son dossier est défendable». Demandant la reconnaissance de la présomption d'innocence, M. Brafman a ajouté : «Il est important de comprendre que cette bataille ne fait que commencer. L'intention de M. Strauss-Kahn est d'essayer de rétablir son nom et sa réputation.»

Face au tribunal new-yorkais, Benjamin Brafman a indiqué que son client niait les accusations. «Il est présumé innocent selon la loi», a déclaré l'avocat avant d'ajouter que le cas du directeur du FMI bénéficiait d'une «ligne de défense forte» et qu'il était «tout à fait probable qu'il soit innocenté en fin de compte».

IMF Chief to Remain Jailed in NYC Sex-assault © Associated Press

18h30. Le juge refuse la libération sous caution de Dominique Strauss-Kahn. Une nouvelle audience est prévue le vendredi 20 mai. Le patron du FMI restera en prison jusqu'à cette date.

La plainte:

 

«L'accusé s'est livré à des relations sexuelles anales et orales avec une personne en faisant usage de la force. L'accusé a tenté d'obtenir un rapport sexuel vaginal avec une personne en faisant usage de la force. L'accusé a contraint une personne à des attouchements sur ses parties génitales en faisant usage de la force. L'accusé a retenu contre sa volonté une personne. L'accusé a contraint une personne a des attouchements sur ses parties génitales sans le consentement de cette dernière et dans ce but, l'accusé a intentionnellement et sans motif légitime, touché par la force les parties sexuelles et d'autres parties intimes d'une personne afin d'abuser de cette personne et de lui infliger un traitement dégradant, dans le but de satisfaire le désir sexuel de l'accusé.

Les délits ont été commis dans les circonstances suivantes :

Le témoin déclare qu'il a été informé par un individu connu des services du procureur que l'accusé a : 1) fermé la porte des lieux susmentionnés et interdit à l'intéressée de quitter les lieux 2) saisi les seins de l'intéressée sans son consentement 3) tenté de baisser les collants de l'intéressée et saisi par la force les parties génitales de l'intéressée 4) a mis en contact par la force à deux reprises son pénis avec la bouche de l'intéressée et 5) n'a été en mesure d'accomplir les actes susmentionnés que par l'usage de la force physique»

 

 

18h24. L'avocat propose une caution d'un million de dollars pour Dominique Strauss-Kahn qui s'engage à résider à New York, chez sa fille.

«S'il s'est dépêché, c'est parce qu'il avait rendez-vous pour déjeuner et la personne avec qui il a déjeuné en témoignera», déclare l'avocat Benjamin Brafman à la juge Melissa Jackson. Selon lui, le vol en direction de Paris dans lequel se trouvait le chef du FMI avait été réservé longtemps à l'avance : «Ce n'est pas quelqu'un qui s'apprêtait à monter dans un avion afin de fuir la scène d'un crime», précise M. Brafman face au parquet new-yorkais.

18h20. L'avocat de Dominique Strauss-Kahn rejette les accusations et demande la libération sous caution de son client.

18h10. Le parquet de New York demande le maintien en détention de Dominique Strauss-Kahn et dit enquêter sur une autre affaire sexuelle qui aurait pu inquiéter le directeur du FMI. Il y a des «informations selon lesquelles il a eu une conduite similaire à celle-ci dans au moins un cas», déclare le procureur devant le tribunal.

15h50. La première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, s'est dite «vraiment bouleversée» par l'image «profondément humiliante» montrant Dominique Strauss-Kahn menotté.

Correspondant pour l'AFP à Washington, Stéphane Jourdain twitte depuis la salle d'audience du tribunal pénal Correspondant pour l'AFP à Washington, Stéphane Jourdain twitte depuis la salle d'audience du tribunal pénal

15h40. Selon un rapport du consulat français de New York, cité par Atlantico.fr, «des griffures ont été constatées sur le torse de l’auteur présumé».

15h20. Dans son édition datée du mardi 17 mai, Le Monde indique que Dominique Strauss-Kahn a téléphoné à son épouse, Anne Sinclair, sur le trajet de l'aéroport JFK, lui évoquant «un problème grave», sans toutefois faire aucune allusion à l'agression de l'hôtel.

14h35. Sur son blog, Jean-Pierre Chevènement revient sur l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn, évoquant «un effroyable lynchage planétaire».

13h. Selon les informations recueillies auprès de la police de New York par le correspondant de Libération, Fabrice Rousselot, l'agression sexuelle présumée serait intervenue vers midi et non plus vers 13 heures. Pour le quotidien, ces nouvelles informations mettent à plat la défense envisagée par les avocats de DSK et rapportée un peu plus tôt par RMC.

Le New York Times publie un récit (en anglais), enrichi de plusieurs témoignages, sur l'agression sexuelle présumée du Sofitel.

12h30. Le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis, proche de Dominique Strauss-Kahn, estime que le directeur général du FMI sera innocenté : «Dans le dossier il y a beaucoup de contradictions, à commencer par la "fuite": il est avéré qu'elle n'a pas eu lieu. Je ne suis pas du tout un adepte, loin de là, des complots, mais j'ai en tête qu'on avait promis à DSK le feu nucléaire dès qu'il serait candidat», a-t-il déclaré face à la presse.

12h25. La Commission européenne estime que l'inculpation de Dominique Strauss-Kahn n'aura «pas d'impact quelconque sur les programmes en cours» d'aide aux pays européens en difficulté : «Nous sommes totalement confiants (dans le fait) qu'il y aura une continuité totale» de la part du Fonds monétaire international, a déclaré un porte-parole.

12h20. Selon RMC, les avocats de Dominique Strauss-Kahn auraient reconstitué son emploi du temps. Le directeur du FMI aurait quitté l’hôtel Sofitel à midi, soit une heure avant l’heure supposée de l’agression de la femme de chambre, pour aller déjeuner dans un restaurant new-yorkais avec sa fille. La défense de DSK assure pouvoir apporter des preuves matérielles et des témoignages confirmant ce déjeuner.

11h45. Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a tenu un point presse en fin de matinée au cours duquel il a annoncé qu'une réunion, présidée par la première secrétaire, Martine Aubry, se tiendrait mardi, en milieu de journée. Confirmant le respect du calendrier de la primaire socialiste, il ne s'est pas prononcé sur l'éventuelle candidature de Dominique Strauss-Kahn : «Je ne vais pas me lancer dans des conjonctures», a-t-il déclaré.

10h30. Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a estimé que l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn était «un événement de très grande portée pour Dominique Strauss-Kahn lui-même et sa famille, ensuite pour le parti socialiste et également pour l'image de la France au Fonds monétaire international» (FMI). Il a également ajouté qu'il ne fallait pas préjuger du résultat de l'enquête et qu'il revenait à la justice américaine «d'établir les faits et de faire émerger la vérité».

10h. L'arrestation et le remplacement du patron du Fonds monétaire international (FMI) compliquent les efforts pour régler la dette souveraine en Europe et notamment en Grèce, provoquant un mini-séisme sur les marchés. Ce lundi matin, toutes les places européennes étaient à la baisse : l'indice parisien a reculé de 1,05%, celui de Londres de 0,37 % et celui de Francfort de 0,82 %. À 8h, la monnaie unique européenne valait 1,4098 dollar, contre 1,4108 dollar vendredi soir.

9 h. Le New York Times donne quelques précisions sur la femme de chambre de l'hôtel Sofitel. Agée de 32 ans, d'origine africaine, vivant dans le Bronx et mère d'une petite fille d'une dizaine d'années, elle travaille depuis trois ans dans le groupe Sofitel et est décrite par des collègues comme «quelqu'un de bien». «Nous sommes complètement satisfaits de son travail et de son comportement», avait déclaré dimanche le directeur de l'hôtel.

8 h 45. Dominique Strauss-Kahn devrait comparaître en audience préliminaire devant un tribunal de Manhattan lundi à 10 h 30, heure locale (16 h 30, heure de Paris), pour répondre aux accusations à son encontre.

6 h 15. Le correspondant de Reuters croit savoir que DSK pourrait être soit «emmené au dépôt du palais de justice de Manhattan», soit «être conduit dans les services médico-légaux pour y subir des examens corporels».

6 heures. La police répète que, selon son analyse, DSK ne bénéficie aucunement de l'immunité diplomatique face aux accusations de tentative de viol et d'acte sexuel illégal qui sont portées contre lui. C'est également l'avis d'un conseiller de l'Elysée cité par Le Monde: «Pour moi, il n’y a pas d’immunité.» «C’est une affaire qui concerne le FMI et le pays hôte, les Etats-Unis. Sa qualité de Français n’entre nullement en jeu»,précise un diplomate.

5 h 15. Le « bail bondsman » arrive: il est le prêteur sur gages qui avancera la caution, appelé par les avocats. Il s'agit d'Ira Judelson (le New York Times avait fait un portrait de lui il y a quelques mois). Comme l'avocat Brafman, il est un peu le bail man des stars. Il parle d'une caution à 6 chiffres: « Ça peut aller de 0 à quelques millions de dollars, ce sera plutôt à 6 chiffres. » Il explique que DSK devrait rester aux Etats-Unis, « mais son adresse à Washington devrait aller » et il ne serait pas forcé de rester à New York, selon lui.

5 heures. DSK quitte le commissariat menotté entre deux policiers. Il ne fait aucune déclaration à la presse qui l'attend à la sortie.

Benjamin Brafman, avocat de DSK, dimanche soir à New York. © Iris Derœux Benjamin Brafman, avocat de DSK, dimanche soir à New York. © Iris Derœux

4 h 30. Les avocats de M. Strauss-Kahn annoncent que la comparution est reportée à lundi en raison d'analyses complémentaires demandées par la police de New York et acceptées par le patron du FMI. Ils décrivent leur client comme «bien mais fatigué». «Il a l'intention de se défendre vigoureusement contre les accusations et il dément toute mauvaise conduite», a déclaré un de ses avocats, Benjamin Brafman, ajoutant que son client plaiderait «non coupable».

4 h 15. La police annonce avoir obtenu un nouveau mandat pour chercher des traces d'ADN sur les vêtements de DSK et procéder à un examen médical.

4 heures. Un porte-parole de la police new-yorkaise annonce que la garde à vue va se prolonger en raison de l'«enquête détaillée» de la police. Tout en assurant que DSK devrait être présenté au tribunal avant sa fermeture à 1 heure du matin (7 heures en France). Le FMI décide de repousser au lendemain (lundi) la réunion de son conseil d'administration informel consacré à cette affaire.

3 heures. Violente attaque de Bernard Debré sur son blog: « Quand vous sortirez de prison, disparaissez dans votre ryad, ne vous justifiez pas, ne dites plus rien. Vous avez été une fausse valeur, un obsédé sexuel, un escroc intellectuel. Vous avez sali votre pays.»

2 heures. Sur son site, le Wall Street Journal affirme que DSK a accepté de se prêter à un examen physique complet de la police, qui cherche à découvrir des preuves et des traces d'ADN de la jeune femme. Dans le même article, le quotidien rapporte une «moment clé» raconté par la police: «M. Strauss-Kahn a appelé l'hôtel pour demander s'il avait laissé son téléphone sur place. Un membre de l'équipe de sécurité de l'hôtel lui a annoncé qu'il avait retrouvé le téléphone et lui a demandé où il se trouvait pour le lui apporter.» Ce qui a permis à la police de le retrouver à JFK.

0 h 45. La femme de chambre a formellement identifié Dominique Strauss-Kahn parmi un groupe de personnes qui lui a été présenté au commissariat de New York.

0 h 30. Les avocats de DSK viennent d'arriver au tribunal. Il sera représenté par Maîtres William Taylor et Benjamin Brafman.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale