Un policier birman nie avoir piégé deux journalistes de Reuters

Par
Un policier birman a reconnu mercredi devant un tribunal de Rangoun avoir rencontré deux journalistes de l'agence Reuters la nuit de leur arrestation, mais a nié leur avoir remis des documents confidentiels pour les compromettre, comme l'a déclaré un autre membre des forces de l'ordre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

RANGOUN (Reuters) - Un policier birman a reconnu mercredi devant un tribunal de Rangoun avoir rencontré deux journalistes de l'agence Reuters la nuit de leur arrestation, mais a nié leur avoir remis des documents confidentiels pour les compromettre, comme l'a déclaré un autre membre des forces de l'ordre.