Goldman Sachs est-il en train d'acheter votre ville?

La crise accélère la privatisation des services publics aux Etats-Unis. Le monde financier se précipite pour racheter ces actifs publics, souvent en situation de monopole, Goldman Sachs en tête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La crise accélère la privatisation des services publics aux Etats-Unis. Santé, autoroutes, eau, écoles, tout est à vendre. Les municipalités et les Etats y voient un moyen commode de se désendetter et de lever de l'argent. Les groupes financiers se précipitent sur ces actifs réputés sûrs, souvent en situation de monopole. Goldman Sachs entend même en faire une de ses spécialités. Le géant de Wall Street indique son ambition de devenir rapidement «un propriétaire et opérateur important de services publics comme les aéroports, les autoroutes, les ports, les centrales électriques». Les agences de notation sont entrées dans le jeu, en notant les municipalités et en les incitant à privatiser les meilleurs actifs. Mais ces ventes à l'encan commencent à susciter l'opposition des habitants.