L’oligarque Timtchenko prospère en Russie et étend ses réseaux en France

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ce type de présentation, visiblement idéologique, devient vraiement fatiguante car j'ai de plus en plus l'impression qu'on me prend pour un imbécile. *** en meme temps on comprend qui pense quoi et dans quel but.

Quand va-t-on enfin sortir de cette idéologie ridicule ?

Ce type de présentation, visiblement idéologique, devient vraiment fatiguante car j'ai de plus en plus l'impression qu'on me prend pour un imbécile.

clap clap clap

*****

Article exellent.

L’argent sale de Biarritz. © Elisa Espouy

Timtchenko a fait son premier beurre avec Poutine ainsi.

Elisa Espouy, pfff...

33 © André Zubets 33 © André Zubets
Arrestation de Ildar DADIN © SOTA.VISION

Mes amis russes ne sont pas milliardaires. Ils n'intéresse pas Médiapart.

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

J'ai écrit à mes amis russes:

Портите им бизнес не меньше чем они Вам портят жизнь!

Пропутинское лоббирование, которое привело к голосованию французских сенаторов в пользу снятия санкций с России объясняется последней встречей экономического совета Франко Российской торговой и промышленной палаты в 25 мая этого года. Там участвовало десятеро руководителей КАК 40, то есть главных французских фирм. Выступил перед ними сам фашист Путин. Командиром парады был вор Геннадий Тимченко. Тот член французского почетного легиона. Пока моя скромная честность не заслужила этого.
Эта встреча, важнейшая перед тем, как в 28 и 29 июня совет Европы должен решить санкции будут продолжены или нет.
Уже в ноябре 35 французских предпринимателей приняли в Москве для обсуждения совместного бизнеса.
Когда были тераки в Charlie Hebdo, Вы мирные Россиянине принесли цветы и спели Марсельез перед французским посольством. Посол вышел и Вам красиво сказал, что Франция защищает свободу.
А сейчас, этот посол-бандит, занимается бизнесом совместно с Вашими палачами на Вашу горбу, и просто «забывает», что Вы существуете и страдаете под страшой диктатурой Путина.
По моему, надо ему напомнить его лживые слова. Для этого нужно стоить пикетом перед Французским посольством.
Это будет отличным способом для того, чтобы требовать освобождения политзаключённых.
Надо им портить им бизнес не меньше, чем они Вам портят жизнь.
Попутно, не забудтье стоить пикетчиком перед Франко-Российская торгово-промышленная Палата. Ее адрес: Россия, 127055, Москва, ул. Новослободская, дом 23, 5 этаж, офис 560.

Когда там будете, передайте им привет от меня.

Для французов Россия — это Африка и Русские – негры.
Им интересно бизнес с диктатором и наплевать на народ.
Им нужны рабы. Как раз в России их полно.

Amis dictateurs de la France © Elisa Espouy

Rassurez-vous les industriels états-uniens pénètrent lentement et sûrement la France. Société médicale rachetée, club de foot (voir le très bon site d'information Traces écrites), vente par M. Aulas de Cegid à des fonds anglo-américains.

Le synarque Hollande, aussi.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

LE PARISIEN MAGAZINE. Mort de Christophe de Margerie : Total mystère

>Le Parisien>Magazine>Grand angle|Marc Lomazzi|22 avril 2016, 9h11 | MAJ : 22 avril 2016, 13h26|4

Christophe de Margerie, PDG de Total depuis 2010, était proche de Vladimir Poutine (ici en 2011, dans la résidence de Novo-Ogaryovo, près de Moscou). 
alexey druzhinin/afp 

Marc Lomazzi 

En octobre 2014, Christophe de Margerie, le tout-puissant patron de Total, était tué dans le crash de son jet à Moscou.Selon un livre, dont nous publions des extraits en exclusivité, cette disparition brutale est loin d’avoir livré tous ses secrets.

Accident tragique ou acte criminel ? Dix-huit mois après la disparition de Christophe de Margerie, le PDG de Total, dans le crash de son jet à Moscou, et alors que le procès des employés de l’aéroport doit s’ouvrir en mai dans la capitale russe, le mystère reste entier.

Quand, au matin du 21 octobre 2014, les Français découvrent les images de la carcasse calcinée du Falcon 50, les commentaires des chaînes d’infos ne laissent guère de place au doute. En pleine nuit, l’avion a heurté un chasse-neige égaré sur la piste. Une météo exécrable, un conducteur d’engin ivre… Une semaine plus tard, lors de l’hommage rendu au PDG à Paris, le prêtre lance : « Christophe est mort victime d’un accident. Ne cherchez pas d’autres raisons ! » La phrase résonne étrangement quand apparaissent les premières zones d’ombre. Côté russe, l’enquête, menée par un général aux ordres du Kremlin, exclut toute autre hypothèse que la négligence. Côté français, l’instruction lambine. Pourtant, les incohérences du récit livré par les employés de l’aéroport et l’opacité de l’enquête nourrissent les doutes sur l’origine accidentelle de la mort de Margerie, à 63 ans. Ceux en particulier de Patrick Vervelle, le mari de l’hôtesse de l’air tuée dans le crash. Les adeptes de la théorie du complot, eux, se déchaînent. Ils voient dans la mort de Margerie la main de la CIA. Certains font le parallèle avec la mort dans un crash aérien, en 1962, d’Enrico Mattei, fondateur du pétrolier italien ENI, ennemi lui aussi des multinationales américaines qui règnent sur l’or noir.

 

Dans L’Enigme Margerie (Robert Laffont), la journaliste Muriel Boselli pointe les « faits troublants » qui jalonnent cette nuit du 20 octobre et affirme que l’Elysée a fait pression sur la famille Margerie pour qu’elle ne se porte pas partie civile. Elle livre au passage un portrait étonnant de Christophe de Margerie – le « dandy du pétrole », sympathique et iconoclaste, cachait derrière ses célèbres bacchantes une personnalité fragile – et décrypte sa stratégie à la tête de Total : misant sur le Qatar, l’Iran et, surtout, la Russie, il n’avait cessé de se rapprocher de Vladimir Poutine. Trois mois avant sa disparition, il affirmait devant un cercle d’économistes son refus de régler le pétrole en dollars. Ce jour-là, « après avoir provoqué les Américains en Iran, soutenu publiquement Poutine et ridiculisé les sanctions américaines et européennes en Russie, l’intrépide PDG (…) aurait-il franchi une ligne rouge ? » s’interroge Muriel Boselli. C’est d’ailleurs le mérite de son enquête, dont nous publions des extraits : face à l’ omerta qui entoure ce dossier ultra-sensible, elle pose toutes les questions .

Avec Vladimir Poutine, vodka et bonnes blagues

« Les Russes veulent s’associer à une major française pour des raisons essentiellement politiques. (…) C’est durant cette période propice que Christophe de Margerie tente un rapprochement avec les cercles du pouvoir russe afin de pouvoir peser sur les décisions prises au sommet de l’Etat. Il cherche, par ailleurs, à contourner les influents intermédiaires tel l’apporteur d’affaires, Alexandre Djouhri, proche de Dominique de Villepin et de Claude Guéant. Lors d’une visite de Vladimir Poutine à Paris, le patron doit rencontrer le chef du Kremlin en tête à tête mais, une fois arrivé au rendez-vous, Alexandre Djouhri est présent. Très agacé, le patron de Total insiste pour que l’intermédiaire quitte la pièce. (…)

Margerie décide alors de devenir sponsor du théâtre Mariinsky, dirigé par le chef d’orchestre superstar Valery Gergiev, à Saint-Pétersbourg, la ville de Poutine. « Il cherchait quelque chose qui plaise aux Russes, différents des autres boîtes. Ce jour-là, il a marqué vingt points », se remémore Patrick Pouyané*.

Christophe de Margerie n’est pas un mélomane, mais un brillant stratège. Le chef d’orchestre est un soutien inconditionnel de Vladimir Poutine. Les deux nationalistes sont amis depuis 1992, une époque où Gergiev est déjà une célébrité internationale et Poutine, adjoint au maire de Saint-Pétersbourg. (…) « Christophe et Valery ont le même appétit de ne jamais dormir, de picoler, de raconter leur vie. Gergiev lui a ouvert les portes du Kremlin », raconte une proche du PDG de Total.

Le patron français se retrouve alors au conseil d’administration du théâtre légendaire, lui donnant l’occasion de rencontrer Poutine. Margerie et l’homme fort de Moscou s’entendent à merveille. (…) Chose rare, l’ancien chef du FSB** l’invite dans sa datcha située à trente kilomètres à l’ouest de Moscou. Derrière son aspect glacial, Poutine serait, selon les dires de Christophe de Margerie, un véritable boute-en-train. « Ils buvaient des

vodkas, rigolaient comme des baleines, souligne Jean-Marc Forneri, ami et conseil du patron. Poutine lui racontait ses discussions avec Obama, faisait de lui des caricatures, se moquait de sa naïveté. Et puis, Poutine a admiré le fait que Margerie dise ‘‘merde’’ aux Américains sur les sanctions, sur l’Iran. »

Le patron de Total a réussi son pari de s’infiltrer dans la sphère de Poutine.»

*Successeur de Christophe de Margerie à la tête de Total.

** Services secrets russes qui ont remplacé le KGB, officiellement dissous en 1991.

e crash du Falcon 50 sur la piste d’un aéroport de Moscou a fait 4 morts : le PDG de Total, une hôtesse et les deux pilotes. – SP, M. zmeyev/reuters

Selon une source judiciaire, l’enquête russe est « bâclée »

« Côté français, c’est le vide absolu. Les gendarmes en charge de l’enquête n’ont pas eu le droit de rapporter le moindre document de Moscou, selon une source proche du dossier, jugeant l’enquête russe « bâclée » et « amateur ». A titre d’exemple, l’enquêteur en chef de l’affaire à Moscou, Mikhail Gourievitch, serait spécialisé dans les accidents de métro et non dans les catastrophes aériennes, selon cette même source. Les gendarmes français des transports aériens, comme les experts du Bureau d’enquête et d’analyses (BEA), envoyés à Moscou le lendemain du crash, n’ont pu interroger aucun des principaux témoins. « Ce sont les méthodes russes, lance une source chez Total. On met tout le monde en prison et on accuse les lampistes avant même d’avoir commencé. » En France, les gendarmes ont procédé à quelques perquisitions chez Unijet* pour vérifier si l’avion était bien entretenu ou si des drapeaux de Daech étaient dans le coffre de la voiture du pilote. Mais les investigations s’arrêtent là.

Une source proche de l’enquête s’étonne qu’aucune perquisition n’ait été réalisée chez Total et plus particulièrement dans le bureau du patron « pour voir ses derniers mails, ses dossiers, ouvrir ses placards avant qu’on ait pu vider ses bureaux. Une vraie perquisition, quoi ! Christophe de Margerie aurait-il fait l’objet de menaces ? » (…) De son côté, Bertrand Courtois, l’avocat de Patrick Vervelle**, estime que seule l’accumulation et la confrontation de pièces et d’auditions pourront faire avancer ce dossier autour duquel flotte un fort parfum de paranoïa. « Chaque fois que l’on pose des questions, on sent une sorte de méfiance, les juges ont peur de la presse, que des choses sortent. » (…) Bertrand Courtois s’étonne par ailleurs de la lenteur de l’instruction. (…) « On oppose les moyens de la justice à ce dossier. Quand on veut enterrer un dossier, c’est ce que l’on fait. » La source proche du dossier s’interroge aussi sur le fait que la juge d’instruction n’ait pas désigné d’expert judiciaire dans ce dossier complexe. (…)

L’une de nos sources judiciaires est consternée que ni la famille ni Total ne se soient constitués partie civile, si ce n’est pour confirmer la thèse d’un simple accident. (…) Les avocats de Total, Jean Veil et Emmanuel Rosenfeld, n’auraient écrit qu’une lettre à la juge pour récupérer les affaires de Christophe de Margerie. « Le cabinet (des avocats de Total, NDLR) réclamait une levée de scellés sur l’iPad de Margerie et les deux sacoches porte-documents avec des éléments confidentiels. Ils n’étaient intéressés que par ça et non par l’enquête en tant que telle. Et c’est là où je trouve que ce dossier est suspect. Le sentiment, ajoute-t-elle, est que l’on veut cacher une vérité ou que l’on ne veut pas savoir. »

*La compagnie de location de jets affrétée par Total pour le voyage de Margerie à Moscou.

**Veuf de l’hôtesse de l’air, Ruslana, tuée dans le crash.

Patrick Vervelle et sa femme Ruslana, morte à 39 ans dans le crash du 20 octobre 2014. – a. delcourt/dr, dr
"Je pense qu’il s’agit d’un acte criminel"

Patrick Vervelle, le mari de l’hôtesse tuée dans le crash, accuse le pouvoir russe de vouloir étouffer l’affaire.

Hôtesse de l’air de 39 ans, Ruslana a perdu la vie dans le crash du jet de Christophe de Margerie. Partie civile au procès prévu en mai à Moscou, son mari Patrick Vervelle conteste la thèse de l’accident. Depuis près de deux ans, cet ancien directeur de conservatoire remue ciel et terre pour découvrir la vérité. Isolé dans ce combat, l’homme, qui devait être reçu le 21 avril à l’Elysée par les conseillers justice et Russie de François Hollande, est considéré par beaucoup comme un gêneur. Entretien.

Des employés de l’aéroport de Moscou et du contrôle aérien doivent comparaître en mai pour « homicide involontaire par violation des obligations de sécurité ». Qu’attendez-vous de ce procès ?

Patrick Vervelle Dans le box, il y aura le conducteur de la déneigeuse, Vladimir Martynenko, son supérieur hiérarchique, Vladimir Ledenev, un aiguilleur du ciel et deux responsables de l’aéroport. Ils risquent de cinq à sept ans de prison. Mais l’avocat de Martynenko, l’accusé principal, a dit que son client ne ferait pas de prison car il a reconnu sa culpabilité. Il pourrait même être amnistié alors qu’il est responsable de la mort de quatre personnes.

Quelles sont les conclusions de l’enquête judiciaire russe ?

Martynenko aurait manqué aux règles de sécurité par simple négligence. Mais il faut savoir que le responsable de l’enquête, le général Gourevitch, est placé sous l’autorité directe de Vladimir Poutine, qui veut étouffer l’affaire car il refuse d’entendre parler d’un attentat commis à Moscou.

Et côté français, comment se déroule l’instruction ?

Seule une petite partie de l’enquête russe va été transmise à la juge d’instruction et aucun document n’a encore été traduit. Quant à la gendarmerie du transport aérien, on a eu droit le 17 février à Roissy à une reconstitution en 3D du crash en présence de la juge et des parties civiles. On n’a rien appris mais, sans la moindre preuve, le colonel de gendarmerie a dit : « C’est un accident, ça ne peut pas être un attentat, c’est impossible ! »

Pourquoi contestez-vous la thèse de l’accident ?

Je pense qu’il s’agit d’un acte criminel. Je ne veux pas savoir qui aurait eu intérêt à la disparition de Christophe de Margerie, je me limite aux faits et ils sont incohérents : comment une déneigeuse s’est-elle retrouvée sur la piste juste avant le décollage alors que, ce soir-là, il n’y avait pas de neige ? ça ne tient pas debout. On a dit que Martynenko était saoul, mais c’est faux. J’ai la conviction que lui et son chef Ledenev ont été soudoyés pour provoquer ou aider à provoquer cet « accident ».

Pensez-vous un jour avoir le fin mot de cette affaire ?

J’espère que Martynenko avouera la vérité sur son lit de mort. Pour soulager sa conscience. 

http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/total-mystere-20-04-2016-5731641.php

*****

Mort de Margerie : l'avion aurait été sous le contrôle d'une jeune ...

www.leparisien.fr/.../mort-de-margerie-le-conducteur-du-chasse-neige-dit-avoir-perdu-s...

22 oct. 2014 - Mort de Margerie : l'avion aurait été sous le contrôle d'une jeune stagiaire ... soir à Moscou, le patron de Total Christophe de Margerie, le conducteur ... mal à comprendre les opérateurs de la tour de contrôle qui parlent mal ...

 

L'énigme Margerie, interview à Murielle Boselli du mois d'avril par LCI.

publiée par Ed Alcock photographe et collaborateur de presse anglais.

Ajoutée le 28 avr. 2016

Muriel Boselli répond aux questions de Julie Hammett sur LCI à propos de son livre " L'énigme Margerie" aux éditions Robert Laffont, une enquête "passionnante" sur la vie et la mort du patron de Total décédé brutalement lors du crash de son jet sur une piste de décollage à l'aéroport VIP de Vnoukovo à Moscou. Video (c) LCI 2016/

Murielle Boselli est journaliste spécialiste du secteur de l'énergie.

Récension du livre par la version papier de Challenges :

Ckf5kUOW0AEiy31.jpg:smallhttps://mobile.twitter.com/MurielBoselli/status/740835073663045632/photo/1

et aussi un petit article paru récemment sur Libération pour sponsoriser le boquin. "On ne saura jamais" c'est un peu comme la phrase du curé... circulez y a rien à voir. Même pour Mattei il a fallu attendre les révélations du mafieux Tommaso Buscetta, trente ans après !... voir l'article sur Libé :

http://www.liberation.fr/planete/1995/06/28/l-italie-exhume-l-affaire-matteila-justice-enquete-apres-les-revelations-de-chefs-repentis-de-la-maf_136262

CHRONOLOGIE D’UN CRASH MYSTÉRIEUX

Par Alexandra Schwartzbrod— 1 juin 2016 à 17:21

On ne saura jamais avec certitude si l’accident d’avion dans lequel l’ex-patron de Total Christophe de Margerie a trouvé la mort le 20 octobre 2014 à Moscou, n’a découlé que d’un terrible enchaînement de circonstances. Toujours planera le doute : et si cela n’avait pas été un accident ? Muriel Boselli a le mérite de poser ouvertement la question dans ce livre qui retrace, outre le parcours de cet homme hors norme, toutes les heures et tous les incidents qui ont précédé le drame. A la lire, on ne peut s’empêcher d’être troublé. Ce n’est plus un document, c’est un roman d’espionnage !«Résumons, écrit-elle. Le pilote, les yeux rivés sur la piste, aperçoit quatorze secondes après s’être élancé sur la piste un "camion" dont il voit les gyrophares, sans que cela suscite chez lui de réaction d’urgence. Puis, quatorze secondes plus tard, alors que l’avion s’apprête à prendre de l’altitude, le pilote revoit l’imposante déneigeuse Schmidt Supra 5001, mais cette fois il est trop tard. Comment est-il possible que le pilote ait aperçu une première fois la déneigeuse traverser le tarmac, mais ne l’ait pas vue revenir ?» Et comment imaginer que le conducteur de la déneigeuse percutée par le Falcon n’ait à aucun moment vu ou entendu l’avion ? Surtout que, contrairement à ce qui a été dit dans un premier temps, il n’était pas saoul ! Et comment expliquer qu’il soit sorti indemne d’une telle collision ? Ces questions, un homme refuse de les garder sans réponse : le mari de Ruslana, l’hôtesse ukrainienne de 39 ans qui a péri ce soir-là. Mais peu de chance qu’il soit fixé un jour.

Incroyable destin que celui de Christophe de Margerie, qui était«plus un homme d’Etat qu’un chef d’entreprise» tant ses réseaux étaient puissants avec les grands de ce monde. Muriel Boselli rappelle ainsi qu’en 1990, c’est lui qui a insisté pour que Total avance plusieurs millions de dollars au Qatar qui, à l’époque, n’avait pas les moyens de développer l’énorme potentiel de l’émirat. Un prêt dont celui-ci, devenu quatrième producteur de gaz naturel au monde, sut se souvenir.

http://next.liberation.fr/livres/2016/06/01/chronologie-d-un-crash-mysterieux_1456654

******

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Il est bien difficile pour une non-spécialiste des affaires politiques ou financières internationales de faire les croisements entre  des  points, aussi divergents et complexes, et de pouvoir établir une vérité qui  apparaisse logique. Néanmoins, au décours des lectures, il m'est difficile d'éprouver de l'estime ni pour les uns ni pour les autres.  A mon sens, il est plus raisonnable de garder ses distances et de prendre de la hauteur. Après une relation plutôt glauque avec les USA, il n'est peut-être pas de la meilleure intention  de se précipiter dans la bras de la Grande Mère Russie. Commercer avec la Russie pourrait certainement être profitable pour tous, à condition de rester sur son quant à soi.  Mais les dirigeants politiques français, et en l'occurrence  de l'UE (avec bien sûr comme adjoints les représentants du cac40) sauront-ils jouer les pions garants de l'indépendance et de l'autonomie de l'Europe, si tant est que l'Europe perdure ? J'ai peur de la réponse. Tout ça sent le 1 %.

Autre point que j'ai relevé "Il y a en Russie de nombreux secteurs dans lesquels il est intéressant d'investir. L'agriculture en fait partie". Là, il y a aussi pas mal de paramètres qui jouent en rapport avec notre propre agriculture. Les conditions sont à étudier. Pour tous les autres secteurs aussi, du reste. Ce serait dommage de voir émerger un TAFTA russe alors que l'on en a pas encore fini avec celui d'outre Atlantique. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale