Europe

A Bruxelles, le cas Oettinger fragilise la commission Juncker

Après les polémiques Barroso et Kroes, c'est au tour du commissaire Oettinger de défrayer la chronique à Bruxelles. L'Allemand a reconnu avoir utilisé le jet privé d'un lobbyiste proche du Kremlin pour l'un de ses déplacements, ce qui pourrait signifier qu'il a violé les règles du code de conduite de l'institution. Des eurodéputés appellent à sa démission.

Ludovic Lamant

16 novembre 2016 à 08h33

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles.– Les vieilles gloires de la commission Barroso continuent de piétiner l’image de l’Europe. Il y avait eu, en septembre, l’affaire Neelie Kroes, citée dans les Bahamas Leaks, qui avait cumulé son poste de commissaire à la concurrence avec celui d’administratrice d’une entreprise offshore. Ou encore, en juin, le cas de José Manuel Barroso lui-même, parti chez Goldman Sachs pour conseiller la banque d’affaires américaine sur l’après-Brexit.
Cette fois, c’est au tour de l’Allemand Günther Oettinger de défrayer la chronique, sur un autre registre. L’ancien commissaire à l’énergie de Barroso (2010-2014) est aujourd’hui commissaire à l’économie numérique au sein de l’équipe de Jean-Claude Juncker. Il a reconnu, dans une réponse datée du 3 novembre, avoir voyagé à bord d’un jet privé, propriété d’un lobbyiste allemand proche du Kremlin, Klaus Mangold.
Oettinger s’est rendu de Bruxelles à Budapest le 18 mai 2016, officiellement à l’invitation du premier ministre hongrois Viktor Orban pour participer à une conférence sur « la voiture du futur ». Il a voyagé en compagnie de Mangold lors de ce déplacement, et utilisé l’avion de celui que le Frankfurter Allgemeine Zeitung décrit comme « le monsieur Russie de l’économie allemande ». Mangold est notamment un fervent partisan de l’arrêt des sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Politique
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik