Le budget italien défie "ouvertement" les règles, dit Dombrovskis

Par
Le budget italien pour 2019 s'écarte "sensiblement" des engagements de Rome, prévient Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, dans un entretien au quotidien italien Il Sole 24, en menaçant d'engager une procédure contre l'Italie pour endettement excessif.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MILAN (Reuters) - Le budget italien pour 2019 s'écarte "sensiblement" des engagements de Rome, prévient Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, dans un entretien au quotidien italien Il Sole 24, en menaçant d'engager une procédure contre l'Italie pour endettement excessif.

Mercredi, le nouveau gouvernement italien dirigé par le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue a présenté à la Commission européenne un nouveau projet de budget 2019 comportant les mêmes hypothèses de croissance et de déficit que le précédent, rejeté le mois dernier par l'exécutif européen.

Bruxelles rendra un avis le 21 novembre et peut engager une procédure disciplinaire contre Rome, qui pourrait déboucher sur de lourdes amendes même si cela ne s'est encore jamais fait.

Le gouvernement italien défie "ouvertement" les règles budgétaires acceptées par tous les pays de la zone euro, mais sa politique est "contre-productive" dans la mesure où elle inquiète les investisseurs et fait monter le rendement des obligations souveraines italiennes, juge Valdis Dombrovskis dans son interview publiée vendredi.

Il ajoute que, par le passé, la Commission européenne s'est abstenue de lancer une procédure pour endettement excessif contre l'Italie puisque ses budgets respectaient le Pacte de stabilité, mais si ce n'était plus le cas, alors l'ouverture d'une procédure "serait justifiée".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale