Valls en Espagne, une tournée financée par des entreprises

Un lobby patronal espagnol a sollicité des entreprises de l’IBEX 35, l’équivalent du CAC 40 en Espagne, pour couvrir les frais des conférences que l’ex-premier ministre français Manuel Valls a données cette semaine en Espagne, et dans lesquelles il dénonce les risques posés par l’indépendantisme catalan.

La rédaction d'infoLibre et Begoña P. Ramírez

16 décembre 2017 à 12h54

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le Cercle des entrepreneurs, un lobby patronal espagnol, a sollicité plusieurs entreprises membres de l’IBEX 35 (l’équivalent du CAC 40 en Espagne) pour couvrir les frais des conférences que l’ex-premier ministre français Manuel Valls a données tout au long de cette semaine, à Madrid et à Barcelone, et dans lesquelles il s’est montré très critique envers l’indépendantisme catalan.
Le journal en ligne catalan Elnacional.cat, qui a publié l’information mercredi, assure détenir la copie d’un courrier électronique que Jesús Sainz Muñoz, secrétaire général du lobby patronal, a envoyé, mi-novembre, aux responsables de grandes entreprises espagnoles. Dans ce courrier, Sainz Muñoz fait valoir « l’importance extraordinaire » qu’il y a, à ses yeux, à ce que « les citoyens espagnols, et en particulier les Catalans, à l’approche des élections du 21 décembre, connaissent l’opinion [de Manuel Valls] sur l’avenir d’une Catalogne devant faire partie intégrante de l’Espagne ».
L’intéressé en profite pour demander une aide financière visant à couvrir « les coûts du voyage, du dîner du dimanche 10 en compagnie des sponsors et d’un nombre réduit d’invités, ainsi que d’un déjeuner […] au casino de Madrid le lundi 11 ». D’après Elnacional.cat, ces coûts se sont établis à 40 000 euros. Joint par InfoLibre, le Cercle des entrepreneurs s’est refusé à confirmer ou démentir ces informations, comme à préciser quelles entreprises en particulier ont financé la tournée de l’ex-premier ministre.
« Nous avons l’intention de profiter du séjour de Manuel Valls […] pour que ses déclarations connaissent un large écho dans les médias, en particulier en Catalogne », insiste Jesús Sainz Muñoz, dans le même courrier électronique. L’ancien socialiste français, né à Barcelone, a des positions bien arrêtées sur la crise catalane : il condamne l’indépendantisme, qu’il perçoit comme un risque pour l’avenir de l’Europe, et il en appelle également à « un nouveau patriotisme en Espagne » (voir, par exemple, ses entretiens vidéo avec El País et La Vanguardia, ci-dessous).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

États-Unis — Entretien
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Budget — Analyse
par Romaric Godin
Écologie — Analyse
par Jade Lindgaard
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik