Ce qui change culturellement d’Obama à Trump

Par

Le style fait aussi le président. Barack Obama a multiplié les preuves de ses riches et profonds intérêts pour les arts et les lettres. Donald Trump arrive à la Maison Blanche avec une réputation bling-bling, doublée d’une relation pour le moins tendue avec certains artistes. Portrait croisé en dix angles, proposé par Le Devoir de Montréal…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lectures démocrates. Grand lecteur, Barack Obama achète et dévore les livres à la tonne. Il vient d’accorder une entrevue au New York Times autour de l’unique sujet de sa relation aux livres. Il y explique que les romans, les biographies et les essais l’ont fortement inspiré pendant ses huit années à la Maison Blanche en lui fournissant l’occasion de « ralentir pour adopter une perspective sur les événements ». Il cite l’incipit du roman A Bend in the River de V. S. Naipaul : « Le monde est ce qu’il est ; les humains qui ne sont rien, qui se laissent ne rien devenir, n’y ont point de place. » Il ajoute que cette vision cynique et résignée le taraude souvent, soit parce qu’il doit la combattre, soit parce qu’il ressent « qu’elle porte peut-être une part de vérité ».