Enquête russe: les démocrates accentuent la pression sur le DoJ

Par
Le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants a annoncé jeudi qu'il envisageait de prendre des "mesures coercitives" pour contraindre le département de la Justice de lui fournir des documents après que l'Attorney General, William Barr, a ignoré son assignation à comparaître.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

WASHINGTON (Reuters) - Le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants a annoncé jeudi qu'il envisageait de prendre des "mesures coercitives" pour contraindre le département de la Justice de lui fournir des documents après que l'Attorney General, William Barr, a ignoré son assignation à comparaître.

La commission, contrôlée par les démocrates, a demandé au ministère de la Justice de fournir d'ici au 15 mai une dizaine de documents des services de renseignements étrangers et de contre-espionnage liés à l'évaluation faite par le procureur spécial Robert Mueller sur le rôle de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016, a dit à la presse Adam Schiff.

"La date limite approchait et a expiré sans qu'un seul document ne soit présenté, soulevant de profondes questions sur les intentions du département de respecter ses obligations juridiques", a-t-il ajouté.

Adam Schiff avait émis la semaine dernière une assignation à comparaître au département de la Justice pour obtenir une version non expurgée du rapport Mueller sur l'enquête russe, en plus d'autres documents rassemblés au cours de l'enquête qui a duré 22 mois.

La commission va par conséquent tenir une séance de travail la semaine prochaine pour étudier la marche à suivre, a-t-il expliqué, sans préciser si cela signifiait que le département de la Justice serait reconnu coupable d'outrage au Congrès.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale