A Hong Kong, la loi anti-subversion fait débat dans le monde des affaires

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (correspondance). – Que les tycoons hongkongais soutiennent publiquement la politique du gouvernement central chinois n’a rien d’étonnant : c’est une monnaie d’échange pour assurer le bon fonctionnement de leurs affaires. Que des banques privées étrangères s’impliquent dans le débat, c’est chose plus rare, surtout quand il s’agit d’un dossier aussi sensible que la loi anti-subversion que Pékin s’apprête à promulguer sur le territoire semi-autonome, secoué depuis un an par une révolte politique.