Libye, Sarkozy et argent noir : les affaires de Takieddine avec Barclays

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Compte tenu de ses connexions politiques en France et de la nature de ses affaires, il apparaît clair qu’il doit être désigné comme une PEP (personne exposée politiquement – ndlr) ». C’est ainsi que le responsable du département Moyen-Orient de la branche “gestion de fortune” de la Barclays, William Harford, présentait Ziad Takieddine, début 2009, dans un rapport confidentiel de 19 pages que révèle Mediapart.