Obama fait de Romney un parfait épouvantail

Par

Depuis une semaine, l'équipe de campagne du président utilise sans vergogne l'opacité des finances privées de son adversaire républicain pour dénoncer, en creux, la politique proposée par la droite américaine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En politique, les attaques les plus efficaces sont celles qui parviennent à mêler l’assaut sur la personnalité à la critique sur les idées. Pourquoi Sarkozy a-t-il tellement souffert des charges sur son caractère « bling-bling » ? Parce que le goût du luxe de l’ancien-président et son dédain pour tous ceux qui ne peuvent s’offrir une Rolex à 50 ans révélaient, au sens photographique du terme, ses politiques fiscales favorables aux plus fortunés et son travail de sape budgétaire de la fonction publique (enseignement, recherche, diplomatie…).