Priorités Santé 1/5. Le défi des maladies délaissées

Par Mathilde Goanec

Certaines maladies infectieuses, qui semblent chez nous éradiquées, continuent ailleurs de tuer massivement. Les traitements, trop vieux ou trop chers, ne sont pas à la hauteur des enjeux. Le cas de la tuberculose montre les failles d'une recherche orientée vers la rentabilité et les limites de l'incitation publique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle avait disparu depuis 1974. La malaria fait son retour en Grèce, au centre et au sud du pays, comme le montrent les chiffres collectés depuis quatre ans. Cette maladie parasitaire, appelée aussi paludisme, est d'ordinaire surtout présente en Afrique, qui concentre 90 % des décès. Mais la désorganisation du système de santé a un impact sur le développement ou le retour de certaines maladies dans nos contrées. « À cause de son climat, de la proximité entre les moustiques et la population, la Grèce et d'autres pays méditerranéens sont vulnérables quant à une réimplantation de la malaria, met en garde Apostolos Veizis, chef de l'opération de soutien médical de Médecins sans frontières en Grèce. La défaillance du système de santé publique et de surveillance de la malaria est pour nous l'un des facteurs de sa réapparition. »