Merkel, Schäuble et le SPD attaqués au Bundestag

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Angela Merkel, peu lyrique en général, a dégainé pour une fois quelques formules qui claquent. « Jamais », a-t-elle dit aux députés revenus exprès de vacances, elle n'avait « vécu » des jours si « dramatiques » en Europe. Imaginez, leur a lancé la chancelière pour les encourager à voter pour un troisième plan d'aide à la Grèce, que des « retraités allemands désespérés doivent faire la queue pour retirer 120 euros par semaine ; cela donne une idée de la situation dramatique en Grèce ». Si vous ne votez pas, leur a-t-elle dit, il n'y aura plus d'argent, le « chaos et la violence » menaceront Athènes.