Les forces irakiennes accusées d’exécutions sommaires à Mossoul

Par

Alors que la ville de Mossoul a été déclarée libérée de l’État islamique lundi 10 juillet, de plus en plus de témoignages se font l’écho d’actes de torture et d’exécutions sommaires pratiqués par les unités d’élite irakiennes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ils ne ressentent plus le besoin de cacher leurs actions. » C’est ainsi que s’intitule l’article du journal anglais The Telegraph dénonçant les crimes dont se rendraient coupables les forces irakiennes. Lundi 10 juillet, le premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, annonçait officiellement la libération de la ville, contrôlée par l’État islamique depuis juin 2014. Depuis, les témoignages ne cessent de sortir sur les mauvais traitements que les soldats irakiens infligeraient aux prisonniers soupçonnés d’être des membres de Daech.