Que sont les “infirmières bulgares” devenues?

Par

Ils avaient passé sept ans dans les geôles libyennes. Accusés à tort d'avoir inoculé le sida à des enfants libyens, cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien avaient été libérés en juillet 2007, notamment grâce à Cécilia Sarkozy. Dix ans après, Le Monde revient sur la difficile reconstruction des anciens détenus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Voilà bientôt dix ans que les “infirmières bulgares” et le médecin palestinien détenus en Libye ont été libérés. Accusés, à tort, d'avoir inoculé le virus du sida à plus de 400 enfants libyens, ces six soignants ont été emprisonnés, torturés et condamnés à mort. Avant d'être finalement remis en liberté le 24 juillet 2007, grâce au travail d'une délégation de négociateurs européens, parmi lesquels la première dame de France d'alors, Cécilia Sarkozy.