Ni français, ni algérien

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont algériens, rêvent de fuir la misère économique pour l'Europe, la France très précisément. Mais quand ils y sont parvenus, y vivent dans une de ses banlieues, notamment les deuxième et troisième générations d'émigrés, ils ont le sentiment de n'être acceptés ni par la France, le pays d'accueil où certains sont nés, ni par l'Algérie, le pays d'origine, de n'appartenir à aucun des deux pays.