L'Allemagne inquiète pour la santé de l'opposant russe Verzilov

Par
Le gouvernement allemand a exprimé lundi son inquiétude à propos de l'état de santé de Piotr Verzilov, un des quatre membres des Pussy Riot qui ont interrompu la finale de la Coupe du monde de football en juillet à Moscou, hospitalisé samedi à Berlin.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand a exprimé lundi son inquiétude à propos de l'état de santé de Piotr Verzilov, un des quatre membres des Pussy Riot qui ont interrompu la finale de la Coupe du monde de football en juillet à Moscou, hospitalisé samedi à Berlin.

Selon des membres de sa famille cités par le quotidien allemand Bild, Piotr Verzilov a perdu la vue et la parole et ne peut plus marcher. Ses proches pensent qu'il a été victime d'un empoisonnement à Moscou.

"Nous suivons cette affaire, bien sûr, et nous sommes inquiets à propos de l'état de santé de M. Verzilov", a déclaré une porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères. "Nous espérons qu'il ira bientôt mieux et qu'il se remettra totalement."

Selon une militante des Pussy Riot, Veronika Nikoulchina, l'état de santé de Piotr Verzilov s'améliore depuis qu'il est hospitalisé à Berlin.

Piotr Verzilov, 30 ans, et trois femmes des Pussy Riot ont brièvement pénétré le 15 juillet sur la pelouse du stade Loujniki où se jouait la finale de la Coupe du monde de football entre la France et la Croatie. Tous quatre ont purgé ensuite quinze jours de prison.

Piotr Verzilov est également l'éditeur de Mediazona, un centre d'information russe en ligne qui s'attache à dénoncer les violations des droits de l'homme dans le système pénal russe.

Le groupe Pussy Riot s'est fait connaître en 2012 avec la condamnation à des peines de prison de trois jeunes de ses adhérentes qui avaient entonné un chant contre Vladimir Poutine sur l'autel de la cathédrale orthodoxe du Christ-Sauveur de Moscou.

Le groupe est depuis devenu un symbole de la protestation contre le Kremlin.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale