Les facettes d’Hillary Clinton (4/4): l’instinct du faucon

Par

L’exceptionnalisme américain, Hillary Clinton y croit. Non seulement le pays a un rôle de « leader » à jouer sur la scène mondiale selon elle, mais en plus il ne doit pas rechigner à utiliser la force. Voilà ce qui lui vaut sa réputation de « faucon ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondante à New York (États-Unis).- « Hillary Clinton est la meilleure candidate pour détruire l’État islamique, Al-Qaïda, Boko Haram, les Chabab, autant de terroristes qui pervertissent les enseignements de l’islam pour tuer des innocents », déclarait Leon Panetta fin juillet, face à la foule démocrate réunie lors de la convention du parti, à Philadelphie. « Elle est la seule avec un plan exhaustif pour protéger l’Amérique. Elle est intelligente, dure, expérimentée. Elle est prête », lançait-il. L’ancien directeur de la CIA, un temps secrétaire de la Défense sous Barack Obama, se faisait ainsi le porte-parole de l’establishment de la politique étrangère américaine, qui s’est massivement rangé derrière la candidate démocrate.