Quarante ans après, les derniers dirigeants khmers rouges condamnés pour génocide

Par Pierre Motin

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Phnom Penh (Cambodge), correspondance -. Le 25 mai 1978, Yun Bin était attaché à l’aide d’une corde, amené sur un site d’exécution, battu jusqu’à ce qu’il perde conscience, puis jeté dans un puits avec plusieurs dizaines d’autres personnes. Quand il reprit conscience, ceux qui n’étaient pas morts appelaient à l’aide. Les soldats khmers rouges jetèrent alors des grenades dans le puits jusqu’à ce que les cris cessent. Seul rescapé, il est l’une des parties civiles dans l’affaire 002/02 des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC).