Algérie: qui paiera les dettes d’ArcelorMittal?

Par

Selon un document confidentiel dont El Watan détient une copie, une dette de 8 milliards de dinars, représentant des arriérés de fournisseurs du complexe sidérurgique d’El Hadjar ayant trait aux services, au stock et à l’investissement, attend désormais d’être honorée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le dossier d’ArcelorMittal Algérie, Sider El Hadjar en 2016, ne semble pas encore livrer tous ses secrets. En août 2016, ArcelorMittal a cédé à Imétal, au dinar symbolique, la totalité de ses parts sociales détenues à 49% par ArcelorMittal Algérie (AMA), 49% de ArcelorMittal Pipes and Tubes Algeria (Ampta) et 70% à ArcelorMittal Tébessa (AMT). Cependant, avant de quitter définitivement l’Algérie, la filiale algérienne du groupe indien a laissé derrière elle une dette de plus de 8,28 milliards de dinars. Datant d’avant 2016, cette importante « ardoise » représente 35% du passif courant du complexe sidérurgique d’El Hadjar.