Le lanceur d’alerte des «Football Leaks» sera jugé au Portugal pour 90 délits

Par et miguel prado (expresso)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rui Pinto s’attendait au pire. Il n’a pas été déçu. Il est 14 h 22, vendredi 17 janvier, lorsque le jeune Portugais à l’origine des Football Leaks entre dans la salle d’audience du tribunal de Lisbonne. Il est menotté et encadré par sept gardes armés. Rui Pinto a le visage calme et apaisé.