Pour la première fois, une ministre autochtone aux Etats-Unis

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 18/01/2021 13:18
  • Par

Tout arrive...un jour où l'autre

  • Nouveau
  • 18/01/2021 13:34
  • Par

c'est vrai ça fait du bien aux habitants de la planète de nous rappeler que nous y sommes tous autochtones et que nul n'a à y prendre plus de place qu'un autre!

Les envahisseurs européens en "Amérique" n'ont pas réussi à exterminer TOUS les autochtones de ce continent, même au nord. Ils ont même le droit de vote ! Et une ministre !!!

Est-ce que les européens établis en Palestine réussiront à exterminer tous les autochtones ? On ne sait pas. Pour le moment, l'apartheid règne. Les autochtones n'ont aucun droit de citoyen sur leur terre natale. 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
  • Nouveau
  • 18/01/2021 14:05
  • Par

Merci d'apporter un peu de visibilité du point de vue des populations indigènes du nord de l'Amerique, totalement absente du champs politique, et donc des préoccupations médiatiques du monde occidental. 

Ca fait du bien d'avoir un point de vue "équilibré" de la situation outre-atlantique, loin de l'hystérisation rampante qu'on retrouve chez les partisans et la sphère médiatique "conventionnelle" - réseaux sociaux + grands médias - qui ressemble maintenant à un prêche géant, sans queue ni tête, d'une secte qui n'en fini plus d'attirer de nouveaux curieux.

Une priorité diplomatique française, et européenne, devrait être de remettre les droits de ces populations -  natives de ce continent rappelons-le ! - au centre des préoccupations de cette société malade. Et donc par la même occasion de rappeler aux faucons et aux colons qu'avant de vouloir donner leurs leçons de fausse morale dans le monde entier, c'est d'abord chez eux que devrait avoir lieu le travail de réparation et d'introspection. Au risque de se fâcher un tout petit peu avec nos très lointains cousins, et de provoquer des cris, des pleurs - mais ça c'est devenu le langage courant là-bas - et quelques grincements de dents. Mais en prenant toujours la peine de rappeler que c'est à travers langage de l'honnêteté et de la franchise que les bons vieux fidèles amis maintiennent leur bonne entente.

Amitié seulement, car après tant de coups tordus, de tromperies et de manipulations ces derniers 50 ans, tout le monde doit maintenant prendre acte en Europe que nos 2 familles sont belles et biens distinctes, séparées par un grand océan, respectant mutuellement leurs propres intelligences.

Merci pour ces commentaires!

Democracy now et quelques autres médias alternatifs nous rapportent la grande détresse dans certains réserves (Navajo...)  en raison du Covid 19 et de la grande indifférence du gouvernement fédéral. Il s'agit d'une question de respect élémentaire des droits de l'Homme.

Il ne faut pas se laisser leurrer, il s'agit pour la bourgeoisie de bien présenter, et de couper court à la critique quant à son racisme. La bourgeoisie (dont et surtout la gauche, ex-sudiste), le Nord vainqueur sur le Sud, est bien raciste, dont envers le Sud (cela se répercute cruellement dans les écoles américaines), et cela fait le lit du fascisme classique, trumpiste.

"Civiliser ou exterminer":
Il n'y a pas d'échec, et même une grande réussite, puisqu'elle a été "civilisée", en Ministre de l'Intérieur! après des études ('civilisatrices') de Droit.
Mais je ne jette pas la pierre à sa "réussite", le désespoir ayant été imposé.

  • Nouveau
  • 18/01/2021 18:03
  • Par

Pour la première fois ! 

  • Nouveau
  • 18/01/2021 19:01
  • Par

D'après certains, le politiquement correct a gangréné les EU et qu'il n'y a que pour les minorités. Maintenant qu'il y a même une ministre amérindienne, que va t-il rester au pauvre mâle blanc?

Le politiquement correct raciste est une traduction du pouvoir bourgeois américain:
Pour les affaires, la bourgeoisie a besoin de bien présenter à l'international, et donc elle promeut des minorités de devanture. Cette bourgeoisie 'internationaliste', comme il se doit, méprise le peuple, et surtout le peuple 'sudiste', les perdants, dont blancs. En gros, c'est la gauche qui génère l'extrême-droite, et la droite qui finance ces nazillons en sous-main. Très classique.
Si tu es petit blanc du Sud, il n'est pas bon d'être dans une école de la république, tu y seras réprimé dans tous les cas, au mieux moqué ou ignoré. Comme l'étaient les algériens en France.

"Comme l'étaient les algériens en France."
Okay là j'exagère, les US ne font pas de ratonnades sur ceux qui ont l'accent sudiste.

Je prends les paris.

Combien de temps tiendra Deb Haaland?

Pas au-delà des élections de mi-mandats. Les orientations exprimées par Joe Biden dans ses nominations (voir La Défense, les Affaires étrangères par exemple) et par sa très faible prestation le 6 Janvier (il a fait attendre les gens une heure devant un écran présentant un micro isolé avant de faire une intervention molle).

Donc pas de surprise à attendre. Deb Haaland sera rapidement en position de se soumettre ou se démettre. Elle pourrait se soumettre en pratiquant la politique "centriste" (en français "de droite") que les autorités attendront. Les élections de 2022 accentueront la pression pour encore une fois nous resssortir la vieille antienne des "elections qui se gagnent au centre". Autrement dit rendons-nous avant même le combat sinon les gentils millionnaires de Wall-Street ne vont pas nous donner d'argent pour nos campagne.

 

Encore une fois!

Joe Biden n'hérite pas de l'Amérique.!

Ce sont les Etats Unis d'Amérique qui hérite de Joe Biden.

Pourquoi est-ce si difficile à comprendre et à formuler correctement? Pourquoi la démocratie sembte-t-elle si étrangère à certains "journalistes"?

 

 

On va finir par foire que les démocrates américains sont des gentils avec ce genre de titre..

"

Les Amérindiennes ne portent que très rarement plainte pour les violences dont elles sont victimes. Les centaines de kilomètres qui les séparent des médecins légistes et des procureurs contribuent à ce silence, remarque Al Jazeera. Le New York Times rapporte qu'au niveau national, l'agresseur n'est arrêté que dans 13% des cas déclarés par les Amérindiennes, contre 32% pour une non-autochtone.

Les violences domestiques sont le fait des Amérindiens, mais 86% des viols et agressions sexuelles contre les Amérindiennes sont commis par des non-autochtones. Ce chiffre, fournit par le département de justice américain, s'explique en partie par la localisation des réserves. White Earth Nation, où vit Lisa, est située dans le comté de Mahnomen, où la moitié de la population est blanche.

«J'appelle ça une chasse, les non-natifs viennent ici chasser. Ils peuvent venir nous violer en toute impunité sur nos terres parce qu'ils savent que nous ne pouvons pas les toucher. L'Etat américain a créé cette atmosphère.»

Comme l'explique à Al Jazeera Sarah Deer, professeur de droit dans le Minnesota, «il y a une histoire du racisme et de l'oppression des Amérindiennes qui fait que les prédateurs pensent que nous sommes vulnérables et non protégées par le système.»

Le 28 février dernier, la chambre des représentants des États-Unis a voté le Violence against Women Act, qui inclut de nouvelles protections pour les Amérindiennes, note Al Jazeera. Il renforce notamment la juridiction des tribus sur les non-autochtones qui commettent des crimes contre des Amérindiens.

"

Extrait d'un article de slate.fr paru en 2013 sur un documentaire de la chaîne qatarie.

Peut-être que cette citoyenne militante, maintenant Ministre de l'intérieur et en charge de l'aménagement du territoire, va pouvoir faire en sorte que le droit des populations autochtones soit plus normalisé ; les inégalités sociales, géographiques, territoriales apparaissent comme structurelles dans cette Amérique qui doit se confronter aujourd'hui, avec la page qui se tourne, à ses nombreux démons.

Bon courage, Madame ! Il va en falloir...

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous