Gammarth, la si belle villégiature des parents d’Alliot-Marie

Par et

En décembre, alors que le régime de Ben Ali réprimait la contestation dans le sang, les parents de la ministre des affaires étrangères choisissaient d'investir dans un programme immobilier cofinancé par un gendre du dictateur, construit sur des zones forestières déclassées, où plusieurs bâtiments étaient réservés à des membres éminents de la famille de Ben Ali.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

De nos envoyés spéciaux en Tunisie.

Le paysage est idyllique. Niché au cœur d'une forêt plus que centenaire; la pointe donne sur une mer cristalline. Bienvenue à Gammarth, un splendide site naturel à une vingtaine de kilomètres du centre de Tunis.

 © Google Earth © Google Earth

Depuis 2007, l'ancienne baie des Singes connue de tous les Tunisois ressemble à un gigantesque chantier. Un port circulaire est en train d'avancer sur la mer, le terrain est déjà déboisé pour laisser la place aux futures habitations de luxe, comme le montre la vue aérienne ci-contre. Un véritable paradis pour riches est en construction, même si le chantier tourne actuellement au ralenti (voir le site officiel).

A en croire Bernard Marie, le père de la ministre des affaires étrangères, c'est dans ce complexe immobilier, dont la première tranche doit être livrée en 2012, que lui et son épouse ont acheté durant les fêtes de fin d'année un appartement dont la valeur est estimée à 755.000 dinars (soit 390.000 euros environ), sur les conseils de leur ami Aziz Miled. Rien d'étonnant à cela, puisque ce riche hôtelier en affaires avec le régime, qui les a fait monter dans son jet et les a hébergés dans son hôtel, est également... un des promoteurs du projet Marina Gammarth.

Après les révélations du Canard enchaîné la semaine dernière, le père de la ministre s'est expliqué au micro d'Europe-1 sur cet investissement, réalisé alors même que la Tunisie commençait à s'embraser.

"Ma femme et moi sommes les seuls responsables" © Europe1fr

«M. Milad, que je connais depuis longtemps (...) m'avait dit: je fais une belle opération à Gammarth. Il nous avait emmenés la voir d'ailleurs, et il m'avait dit purement et simplement: “Vous devriez prendre une option, cela prendra de la valeur en 2012 quand cela sera construit, vous pourrez faire une bonne affaire”», explique M. Marie, ancien député RPR, ex-maire de Biarritz et hôtelier à Saint-Jean-de-Luz (voir ici sa biographie).

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous
Correction: suite à une erreur de conversion des hectares au m2, il faut lire en page 2 "25 dinars" (soit 12 euros) au m2, et non 2,5 comme écrit par erreur. Ce qui ne change d'ailleurs rien à l'affaire: les terrains de Gammarth ont bel et bien été bradés...