FDG et EELV veulent une commission d’enquête sur l’assassinat de Thomas Sankara

Par

Assassiné dans des circonstances non élucidées il y a 26 ans, Thomas Sankara, symbole de l’émancipation du continent africain, revient hanter la gauche française de retour au pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 4 août 1983, Thomas Sankara prenait le pouvoir en Haute-Volta, pays qu’il rebaptisait aussitôt Burkina Faso, littéralement « Pays des hommes intègres ». Depuis cette date, l’intégrité est restée une pièce maîtresse de « la légende Thomas Sankara », ce jeune chef d’État qui engagea de profondes transformations dans son pays, s’attaquant à la corruption, défendant la souveraineté alimentaire, l’accès à l’éducation, l’égalité des femmes et qui devint rapidement le symbole de la résistance au néo-colonialisme.