Grèce-Allemagne: la querelle des réparations de guerre

Par et

L'exécutif d'Alexis Tsipras veut rouvrir le débat sur les réparations de guerre et le remboursement du prêt forcé imposé par les nazis pendant l'occupation de la Grèce. Athènes rappelle de plus que la dette allemande a été, elle, profondément restructurée lors de la conférence de Londres de 1953. Le débat est ultra sensible, sur fond de négociations entre Européens. Qu'en disent les historiens ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le dossier pourrait empoisonner les relations entre Athènes et Berlin dans les mois à venir. Il ne va sûrement pas détendre l'atmosphère à la table de l'Eurogroupe, lors des négociations sur la dette grecque. Alexis Tsipras, le nouveau chef de l'exécutif grec, en a parlé dès son discours de politique générale le 8 février. Il entend réclamer à l'Allemagne des indemnités pour les dégâts subis par la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que le remboursement du prêt forcé imposé par les nazis pendant l'Occupation, jamais remboursé.