La présidente du Sénat chargée de sortir l'Italie de l'impasse

Par
Le président italien Sergio Mattarella a chargé mercredi Maria Casellati, présidente du Sénat, de consulter les partis politiques pour trouver une issue à la crise post-électorale.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ROME (Reuters) - Le président italien Sergio Mattarella a chargé mercredi Maria Casellati, présidente du Sénat, de consulter les partis politiques pour trouver une issue à la crise post-électorale.

Aucune majorité claire ne s'est dégagée après les élections du 4 mars et les consultations menées par le chef de l'Etat n'ont pas permis d'envisager la formation d'un gouvernement de coalition.

Maria Casellati, membre de Forza Italia, le parti de l'ancien président du Conseil Silvio Berlusconi, a jusqu'à vendredi pour mener à bien sa mission exploratoire.

Elle devra avant tout convaincre le Mouvement 5 Etoiles (M5S), première force parlementaire, de négocier avec Silvio Berlusconi.

Le M5S dispose de 222 des 630 sièges de la Chambre des députés, mais la coalition de droite formée par la Ligue, Forza Italia et Frères d'Italie compte 261 élus.

Le mouvement contestataire exclut tout accord avec Forza Italia et a tenté sans succès de diviser la coalition de droite en poussant le secrétaire fédéral de la Ligue, Matteo Salvini, à rompre avec Berlusconi.

Son chef de file Luigi Di Maio l'a répété mercredi après avoir été reçu par la présidente du Sénat. "Le M5S est prêt à signer un accord de gouvernement avec la Ligue, mais pas avec tout le centre-droit (...) Je dis clairement à Matteo Salvini que le temps presse. Il doit prendre une décision cette semaine", a-t-il déclaré à la presse après son entretien avec Maria Casellati.

Un accord de gouvernement paraît toutefois peu probable avant les élections régionales du 22 avril dans le Molise (sud) et en Frioul-Vénétie julienne (nord).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale