Nouvelle manifestation au Nicaragua contre le président Ortega

Par
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mercredi au Nicaragua pour exprimer leur opposition au président Daniel Ortega, des rassemblements considérés comme illégaux par le gouvernement et qui, selon l'opposition, ont donné lieu à de nombreuses arrestations dans la capitale Managua.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

MANAGUA (Reuters) - Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mercredi au Nicaragua pour exprimer leur opposition au président Daniel Ortega, des rassemblements considérés comme illégaux par le gouvernement et qui, selon l'opposition, ont donné lieu à de nombreuses arrestations dans la capitale Managua.

Un important dispositif policier avait été mis en place autour de la principale manifestation organisée à Managua, où environ 200 personnes s'étaient rassemblées en brandissant des drapeaux et scandant des slogans appelant à la démocratie.

Cette manifestation était organisée près d'un an jour pour jour après le début d'un mouvement de contestation initialement provoqué par la réforme des retraites et qui s'est élargi pour demander la fin de la "dictature" d'Ortega.

Au moins 324 personnes ont été tuées depuis avril dernier dans le cadre de la répression menée par les forces gouvernementales, selon les données de la Commission interaméricaine des droits de l'homme.

D'après l'opposition, les forces de l'ordre ont procédé mercredi à plusieurs dizaines d'arrestations à Managua. Un journaliste a déclaré avoir été brièvement détenu.

La police a dit mercredi soir qu'aucun incident n'avait émaillé la manifestation dans la capitale et qu'elle n'avait procédé à aucune arrestation, qualifiant certains articles de presse d'"inexacts et diffamatoires".

Dans un court communiqué, la police a indiqué avoir ramené à leurs domiciles 15 personnes qui avaient pris part à un rassemblement illégal.

Ortega, ancien chef de la guérilla sandiniste, considère le mouvement de protestation comme un complot destiné à l'éjecter du pouvoir, qu'il a retrouvé en 2007 après avoir déjà dirigé le pays de 1979 à 1990.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale