Les sanctions américaines cimentent le régime iranien

Par
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

"Les sanctions américaines cimentent le régime iranien"....

Un peu comme Lafarge en Syrie ?

usa alliés des féodaux d'Arabie SAOUDITE DEPUIS 1945 = pacte de QUINCY pour le pétrole et la géostratégie et alliés d'ISRAEL les juifs qui tirent sur les arabes de Palestine auxquels ils refusent un état digne de ce nom et qui d'allient avec les arabes d'Arabie Saoudite féodaux !!!impérialisme pétrole et fric et ventes d'armes et ça donne des leçons de démocratie !

Le doute radical ne viendrait-il pas du mot "économique" ? En quoi être mis sous embargo de coca-cola est-il une "sanction" ? Si le "coca" est une telle "privation" pour les iraniens, je me permets de dire que le problème iranien est réglé: il n'y a plus d'iran, tout simplement, il n'y a plus qu'une bande d'animaux partagés entre mollahs et buveurs de coca-cola, avec une frange intermédiaire clivée par le duel peugeot-volkswagen.

La suite, dans ce cas, ne présenterait plus aucun intérêt vraiment humain. Ce qui nous ramène aux termes de ce qu'est l'Économie, irréductible à ces "sanctions" "économiques". Romaric nous a prouvé qu'il avançait sur ce point.

https://www.lecho.be/economie-politique/international/moyen-orient/pourquoi-vous-ne-trouverez-plus-de-coca-cola-en-iran/9696196.html

Beau hors sujet. A moins que vous pensiez que les sanctions et embargo ne concernent que le coca. Et dans ce cas je vous signale que les iraniens auraient fait le leur (comme ils font de la médecine de pointe, comme pour les médicament etc ...).

La brutalité de Washington va certainement accroitre leurs difficultés économiques à court terme ,mais elle risque d'avoir trois conséquences:

-L'une grave , dans le sens ou les grands gagnants vont être la Chine et la Russie qui vont définitivement prendre le grand marché iranien qui nous échappera pour longtemps, grâce aux outils monétaires,accords swap et petroyuan ,qu'ils ont créés pour s'échapper du dollar et de son extraterritorialité.C'est le meilleur moyen d'échapper de la nasse.

-l'autre ,intéressante pour le monde  mais très grave pour les USA : Cela va accélérer la mise en place de monnaies de réserve alternatives et désserer l'étau du dollar  qui permet aux américains un "avantage exhorbitant", (De Gaulle) qui est de vivre  à la charge des autres!A la limite , l'UE a là l'occasion  de développer le rôle de l'Euro dans le cadre d'un paquet de monnaies! Ce point est vital et explique la nervosité de Washington lorsque ce risque apparait (S.Hussein et Kadhaffi en ont fait les frais)!Face à la Chine, ils sont tétanisés.

-le dernier ,utile pour l'Iran: Ce peuple ancien et tres bien éduqué a  la capacité de développer son ingéniosité pour compenser cette situation difficile et le transformer en atout pour l'avenir.En particulier de forcer à une certaine redistribution des richesses religieuses ,comme soupape des tensions internes.

.''En particulier de forcer à une certaine redistribution des richesses religieuses ,comme soupape des tensions internes.''

Je vois que vous avez perçu toute la dimension du problème avec une telle ânerie!

Je ne crois pas à une ânerie. Il est de notoriété que les dignitaires religieux iraniens sont très riches affichant même un luxe ostentatoire !

Quelles que soient les rivalités internes à chaque pays, et les rôles de la Chine et de la Russie, ça évoque une continuation, après plusieurs décennies, de la politique nord américaine de "ping pong" pour laisser prospérer, puis briser alternativement, de façon militaire et/ou économique, l'Irak et l'Iran, afin de jouer sur la rivalité entre les deux et n'en laisser aucun prendre de l'épaisseur, ni un réel pourvoir régional.

C'est beaucoup beaucoup mieux expliqué, détaillé et argumenté que ce que j'écris dans le livre "Or noir" de Mathieu Auzanneau.

 

 

 

  • Nouveau
  • 19/05/2018 11:02
  • Par

Les zuèssa, premier pays nucléarisé au monde, n'a aucun droit à discuter la dénucléarisation d'autres pays et à signer aucun accord unilatéral en ce sens, faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Ca, c'est le premier principe de logique politique.

Resterait l'onu, si l'onu n'était pas la manifestation éclatante de la fausse bonne conscience étazunienne et rien d'autre.

 

"Le Yankeestan est en guerre avec l'humanité entière pour le contrôle des ressources depuis au moins 1974...date du discours de Kissinger devant le congrès."

En effet, "tout ce qui est bon pour les américains est bon pour le monde entier"; mais pourquoi tressons-nous des couronnes à ce genre de personnage ? Le ridicule ne tuant plus ne reste que les conséquences affligeantes !!!

 

Alfred, vous êtes un poête :)

  • Nouveau
  • 19/05/2018 15:11
  • Par

C'est encore le bonjour d'Alfred, notre psychothérapeute engagé enragé qui se coltine le service minimum pour prendre son point Godwin! MDR!

Pompeo aux Européens: les entreprises qui font affaire avec l'Iran "seront tenues responsables"

ca sent le souffre ....et donc les pays

que va faire macron

 

Suède: un livret édité à 4,8 millions de copies prépare la population à la guerre

AFP_ffeb46e5bdb085aa8dadaab1ba5e7cb32ea70ff4.jpg

Exercice de la défense anti-aérienne suédoise sur l'île de Gotland, en septembre 2017 / © TT News Agency/AFP/Archives / Anders WIKLUND

Il parviendra par la poste à tous les foyers suédois: un livret détaille les mesures à prendre en cas de conflit ou de catastrophe naturelle, dans un contexte tendu entre Russes et Occidentaux.

Où se trouvent les abris? Quels aliments stocker? A quelles sources d'information se fier? Edité à la demande du gouvernement en 13 langues, "En cas de crise ou de guerre" sera expédié entre le 28 mai et le 3 juin à 4,8 millions de foyers (sur 10 millions de Suédois).

En vingt pages illustrées, ce court imprimé énonce les menaces auxquelles le pays scandinave est exposé: guerre, attentat, cyberattaque, accidents graves ou catastrophes naturelles.

"Même si la Suède est plus sûre que de nombreux autres pays (...), les menaces existent. Il est important que tous sachent ce que sont ces menaces pour pouvoir se préparer", a expliqué Dan Eliasson, directeur général de l'Agence suédoise de la sécurité civile MSB, lors de la présentation du livret lundi à Stockholm.

"Un conflit militaire à proximité affecterait nos importations de marchandises, notamment alimentaires, même s'il ne s'étendait pas à notre territoire", a souligné à l'AFP Christina Andersson, responsable de la conception de la brochure, disponible en ligne. La dernière de ce type imprimée à l'initiative des autorités remonte à 1961, en pleine Guerre froide.

La Russie n'est pas citée dans le fascicule mais les responsables suédois craignent une agression en cas de conflit ouvert avec l'Otan pour couper la voie maritime à l'Alliance atlantique vers ses membres baltes.

La Suède, qui n'a pas connu de conflit armé sur son territoire depuis plus de deux siècles, ne fait pas partie de l'Otan, mais souscrit au Partenariat pour la paix lancé en 1994 pour développer la coopération militaire entre l'Alliance atlantique et les pays non-membres.

La crainte représentée par la Russie a été ravivée par l'incursion d'un sous-marin non identifié dans l'archipel de Stockholm à l'automne 2014 et plusieurs incursions d'appareils russes dans le ciel suédois.

A la fin de la Guerre froide, la Suède avait considérablement réduit ses dépenses militaires mais l'annexion de la Crimée par Moscou a changé la donne.

Stockholm a annoncé début mars le rétablissement du service militaire dès cet été, sept ans après l'avoir supprimé, et regarni ses forces sur l'île de Gotland, avant-poste exposé en cas de conflit dans la Baltique.

Lundi, le roi Carl XVI Gustaf et le Premier ministre Stefan Löfven ont présidé, à Gotland, à la première création d'un nouveau régiment depuis la Seconde Guerre mondiale, "un signal clair" quant aux priorités stratégiques de Stockholm, selon le ministre de la Défense Peter Hultqvist.



(©AFP / 21 mai 2018 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale