Espionnage: Obama face au poids déterminant du complexe militaro-industriel

Par

Malgré les révélations de Snowden, Obama continuera les programmes d'espionnage. Le poids économique du secteur du renseignement, pour l'essentiel privatisé, et les risques politiques d'apparaître négligent dans la lutte anti-terroriste ne plaident pas en faveur d'une remise en cause d'un système créé sous Bush et qui a pris une ampleur sans précédent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un discours qui, plus de cinquante ans après avoir été prononcé, continue d’être abondamment cité par une grande partie de la gauche américaine, même s’il émane d’un homme de droite. C’est le discours d’adieu du président Dwight Eisenhower qui, trois jours avant de céder la Maison-Blanche à John Kennedy, en janvier 1961, mettait ses concitoyens en garde contre le danger de céder trop de pouvoir aux industries de défense :