Sport et minorités : l’exemple américain

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En janvier dernier, L’Équipe Magazine faisait les comptes : il n’y avait en France, à ce moment-là, qu’un seul entraîneur de couleur dans l’élite de l’ensemble des quatre sports majeurs (football, basketball, volley, handball). La Ligue 1 de football ayant perdu Jean Tigana puis Antoine Kombouaré, c’était donc le Guadeloupéen Ruddy Nelhomme, entraîneur du Poitiers Basket 86, élu meilleur coach de Pro A lors de la saison 2009-2010, qui faisait figure d’exception dans le sport hexagonal.