Athènes et ses créanciers : cinq mois de bras de fer

Dernière mise à jour: 5 juillet 2015.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Course contre la montre », « réunion de la dernière chance », « semaine cruciale » et autres « ultimatums » annoncés depuis janvier ont caché l'essentiel : les premiers mois de la gauche radicale au pouvoir en Grèce, en réalité, auront été une longue course d'endurance, à la ligne d'arrivée incertaine. Car si le gouvernement Tsipras a opéré de nombreux reculs depuis janvier, il n'en a toujours pas fait assez aux yeux de ses partenaires, et l'Eurogroupe de ce jeudi 18 juin marque un nouvel échec dans le déroulé des négociations. FMI et Européens se sont raidis, tandis que les échéances financières se font plus pressantes sur Athènes. Retour sur cinq mois d'une négociation impossible, menée sous l'épée de Damoclès que constituent les multiples obligations à rembourser. (Pour lire l'infographie, cliquer à droite de l'image pour avancer dans le temps, à gauche de l'image pour reculer, ou cliquer directement sur une date dans la frise, Ndlr)