Enfants migrants enfermés: la grande hypocrisie

Par Leïla Miñano (Investigate Europe)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 17 heures devant la préfecture, à Marseille. Le soleil se couche doucement sur les pavés de la vieille place respectable. Mehdi et Ahmad, 16 et 17 ans, bonnets enfoncés sur les oreilles, s’assoient côte à côte. Les deux Marocains qui se sont rencontrés il y a un an sont devenus inséparables. À l’époque, les orphelins s’étaient rapprochés sur le port de Melilla, l’enclave espagnole sur la côte africaine, car ils partageaient le même rêve : « la belle vie, en Europe ou en France ».