Birmanie 3/5. Une capitale pharaonique et fantomatique

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Cauchemardesque !   Mais intéressant !

ben si on est chef et qu'on peu même pas faire de petite chose, alors, je vous le demande, a quoi donc que ça peu bien servir d'etre chef et élu en même temps, hein, je vous le demande messieur les journaliste... ;o))

  • Nouveau
  • 19/07/2013 15:13
  • Par

"estimée à 7 440 km2"
J'ai eu un doute. Incroyable...! Mais un coup d'oeil sur google earth donnerait plutôt 744 km² avec plein de vide dedans.
C'est déjà énorme.
Ou bien le kilomètre birman serait trois fois plus petit que le nôtre.

  • Nouveau
  • 19/07/2013 15:24
  • Par

Manque juste un édifice à la hauteur de la mégalomanie du projet pour faire plus fort que Yammoussoukro. Encore un effort !!!

L'espèce humaine est formidable (et désespérante)..

  • Nouveau
  • 19/07/2013 15:43
  • Par

Ça prouve, au moins, que, quand on veut, on peut. Alors, un pays anciennement riche comme la France devrait pouvoir. Mais non, tout est renoncement (sauf l'accumulation des richesses par les possédants).

  • Nouveau
  • 19/07/2013 17:06
  • Par

J'aurais mis quelques cabines radar sur ces belles autoroutes quand meme.

Hitler si mes souvenirs de vision de documentaires que j'ai vu ,sont exacts dessinait des rues sans aucune trace de vie humaine.Le syndrome paranoiaque du vide ,nous l'avons vu à Pnom Penh:on vide une ville et on remplit les camps..bref on recommence l'histoire à partir du vide..  processus  paranoiaque  .. mais j'aurais voulu en savoir plus sur ce qui éventuellement se rattache à l'histoire de la birmanie, pour les khmers rouges  il y avait une matrice à laquelle ils prétendaient se rattacher de manière nationaliste:c'était Angkor..un peule d'esclaves qui avaient crée tant de splendeurs..

Naypyitaw est une ville complètement folle. Immense, rien ne peut s'y faire sans voiture. Les routes, à 6, 8 voire 10 voies, tombent déjà en ruine (mauvaise qualité des constructions, par exemple routes en béton parce que le goudron coûtait trop cher, qui se fissurent déjà). La grande pagode elle aussi ne m'a pas fait bonne impression, parce qu'il pleuvait et on voyait clairement que la question de l'évacuation des eaux de pluie n'a jamais été prise en compte par les architectes dans ce pays de mousson : l'eau dégoulinait et abîmait déjà les murs de marbre. Personne n'y réside par choix, uniquement des fonctionnaires dans leurs logements de fonction. Il n'y a aucun endroit pour sortir le soir, et tout y est horriblement cher (facilement 50% cher qu'à Rangoun à restaurant équivalent), ce qui ne pose pas de problème aux fonctionnaires qui ont un pouvoir d'achat relativement élevé.

Il y a plus d'un an, nous nous y sommes rendus en plein Jade Emporium ( la foire annuelle au jade qui a lieu chaque année). Nous devions passer la nuit dans un hôtel local à Pyinmana (la ville historique à côté de Naypyitaw), mais une fois arrivé à la réception on nous a dit que les étrangers ne pouvaient pas venir à cet hôtel. La raison était la sécurité : des bombes artisanales ont explosé quelques jour avant. Nous sommes allés dans l'un de ces grands hôtels, pas encore terminé (murs en béton brut). L'hôtel était plein de chinois qui partageaient les chambres (trop cher) ; ils étaient 10 par chambre et cuisinaient au barbecue sur la terrasse. Ils étendaient aussi leur linge partout. C'était surréaliste. Je me demande toujours comment les commerces peuvent être rentables à Naypyitaw.

Quelques mois après, ma belle sœur était à Naypyitaw et s’apprêtait à rentrer à l'hôtel quand un chauffard a percuté sa voiture. Le chauffeur a été légèrement blessé et la voiture amochée. Comme toujours ici, les incidents se règlent à l'amiable ou au rapport de force. Le chauffard était un haut fonctionnaire complètement ivre, et aurait pu fuir et étouffer l'affaire. Le policier ne pouvait pas témoigner, parce qu'il avait peur. Mais face au pouvoir de nuisance de ma belle-sœur, celui-ci a accepté de payer une compensation élevée pour qu'il n'y ait pas de scandale.

Si vous avez un moment entrez "Naypyitaw" dans Google Earth !

Impressionnat. pas un chat : la photo satellite date pourtant d'avril 2013 !

Une petite excursion en vacances ???

  • Nouveau
  • 19/07/2013 22:52
  • Par

Y'a pas un char ! Je préfère encore "le village" dans la série "Le Prisonnier".

Embarrassé l'étendue de la c... humaine m'oblige à me pincer ! C'est très dur de croire, ça rappelle trop les contes avec des ogres !

Happy World: Birmanie, la dictature de l'absurde - Naypyidaw

 

Très bien le site.

  • Nouveau
  • 20/07/2013 02:06
  • Par

Quand un pays tombe aux mains d'un fou mégalomaniaque, c'est ce pays entier qui en est affecté. Les réalisations dont la démesure sont une provocation au simple bon sens, gaspillent des terres arables qui auraient pu être utilisées par les populations pauvres, sans présenter  la moindre utilité, pas même esthétique.

Nul n'était donc en mesure de s'opposer à des projets aussi extravagants? 

On dit que l'ancien président prenait ses décisions sur les conseils de son astrologue et qu'il avait ainsi voulu une monnaie complètement inutilisable, à partir des multiples d'un chiffre de bon augure.  Mais j'ignorais qu'au-delà de ces extravagances, il avait fait bâtir une autre ville souterraine;  on peut se demander dans quel dessein?

C'est assez inquiétant de savoir que ce personnage, bien que n'étant plus sur le devant de la scène, a toujours une grande importance aujourd'hui. 

http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/entretien-avec-m-thein-sein-president-de-la-republique-de-l-union-de-birmanie/

Le président de la République s’est entretenu, cet après-midi à l’Elysée, avec le président de la République de l’Union de Birmanie, M. Thein Sein, à l’occasion de la première visite en France d’un chef d’Etat birman.etc..etc

 

Je trouve tout simplement sublime cette ville qui n'existait pas et puis soudain ... Cette merveille !! Je me demande si cette ville peut être visitée ....

  • Nouveau
  • 21/07/2013 18:39
  • Par

Ça me rappelle Yamoussoukro... Personne n'a rien trouvé à redire lorsque le "sage" de l'Afrique a fait de son village natal la capitale de la Côte d'Ivoire. Je me rappelle en particulier le " Boulevard des Agoutis ", ainsi nommé par les Ivoiriens car il se terminait dans la forêt et ses nombreux lampadaires n'éclairaient que ces aimables bestioles. Mais Houphouët était un ami de la France. Donc, pas touche...

Il y a quelques années, au Festival de Douarnenez (toujours excellent festival), une série de films documentaires sur la Birmanie nous en apprenait long sur l'implications de groupes industriels français, notamment Alcatel, dans l'équipement de surveillance de cette ville et au delà, sur une surveillance technologique généralisée . Références du film: http://www.festival-douarnenez.com/fr/ressources_films/regards_croises/birmanie/birmanie_resistants_business_et_secret_nucleaire

Je ne sais pas où et comment on peut encore voir ce film. Que devient cette partie du projet mégalomaniaque en cette période de mutation de la Birmanie?

Merci pour ce lien, que je me permets de copier/coller afin de lui donner la visibilité qu'il mérite.

Je regrette que la France s'illustre trop souvent dans des démarches pour le moins contestables.  C'est une raison supplémentaire qui m'incite à ne pas trop compter sur notre président dès qu'il s'agit de défendre des droits humains, je le déplore. Notre pays a voulu se faire connaître comme Pays des Droits de l'Homme, j'aimerais qu'il ajuste ses actes pour le devenir effectivement. 

"Écrasée depuis vingt ans par une junte militaire, la Birmanie est un pays orwellien dont la population, espionnée en permanence, vit misérablement et où les journalistes ne peuvent travailler que dans la clandestinité. Paradoxalement, grâce à Internet et au courage de la résistance birmane, des informations cruciales fuitent sans arrêt vers l’étranger. Le contrôle de l’accès au Net est donc devenu une priorité pour la junte. L’une des révélations de cette enquête concerne l’implication d’Alcatel Lucent dans ce projet de surveillance renforcée: l’entreprise fournit actuellement, via sa filiale chinoise Alcatel Shanghai Bell, un puissant réseau de télécommunications, dont les généraux profiteront forcément pour traquer les dissidents. Autre entreprise française pointée pour sa collaboration de fait avec un régime honni, Total, qui continue d’exploiter - avec l’Américaine Chevron - le gaz birman. Or, 99% des revenus du gaz sont détournés par les généraux qui s’en serviraient pour financer un programme nucléaire secret, lequel, s’il se concrétise, grèvera pour longtemps tout espoir de démocratisation en Birmanie… Interpellés, les portes-parole d’Alcatel et de Total justifient tant bien que mal la stratégie de leurs entreprises et refusent, avec les mêmes mots froidement institutionnels, de porter un jugement sur le régime birman. Pourtant, l’argent a bien une odeur. Dans le cas présent, celle de la peur et du sang."(Sophie Bourdais / Télérama)

 

  • Nouveau
  • 22/07/2013 20:50
  • Par

Et ce ne serait pas Bouygues qui aurait construit ça, par hasard ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Cette série de reportages en Birmanie a été effectuée la première semaine de juillet, en association avec l'émission de France Culture, Les Pieds sur Terre, diffusée tous les jours à 13 h 30, qui consacre toute sa semaine du 15 au 19 juillet à la « démocratie disciplinée » birmane.