Quand une riche banlieue de Lisbonne a quelque chose des Hauts-de-Seine

Par
Le 11 octobre, les électeurs d'Oeiras, banlieue prospère de Lisbonne, ont réélu triomphalement pour un septième mandat leur maire Isaltino Morais, tout juste condamné à sept ans de prison ferme pour corruption passive, fraude fiscale, abus de pouvoir et blanchiment d'argent. Royaume de la spéculation immobilière et de la tolérance «démocratique» pour ces édiles qui «volent mais réalisent», Oeiras a un petit quelque chose des Hauts-de-Seine. Tiens, tiens...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche 11 octobre, les électeurs d'Oeiras, une banlieue prospère de Lisbonne, ont offert une réélection triomphale à leur maire, Isaltino Morais. Avec 41,52% des voix, l'ancien ministre de la Ville et de l'Environnement du gouvernement de José Manuel Durao Barroso (parti depuis sévir à Bruxelles) enregistre sa meilleure performance de tous les temps. Il gagne plus de sept points par rapport à 2005.