Au Brésil, les agressions politiques se multiplient avant le second tour

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant - Moa do Katendê discute tranquillement avec son frère et un cousin dans un petit bar du centre de Salvador de Bahia. Ce dimanche, l’ambiance est un peu moins décontractée qu’à l’accoutumée. Jair Bolsonaro a failli être élu au premier tour de l’élection présidentielle. Maître de capoeira et militant engagé dans le mouvement noir, le sexagénaire n’est pas vraiment l’électeur type du candidat d’extrême droite.