Pire que Donald Trump, Mike Pence, le vice-président

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York, États-Unis, de notre envoyé spécial.- Début septembre, le New York Times publiait une tribune anonyme. Une « démarche rare » admettait le quotidien, justifiée par la qualité de son auteur, « responsable de haut rang dans l’administration Trump ». Dans ce texte inouï, la « Gorge profonde » de 2018, selon le surnom attribué à l’informateur dans l’enquête sur le Watergate, décrit une sorte de coup d’État au ralenti à la Maison Blanche, où s’activerait « de l’intérieur » une « résistance silencieuse » décidée à contrer chaque jour les « pires penchants » de Donald J. Trump, quarante-cinquième président des États-Unis.