Cuba: Barack Obama fait le choix du pragmatisme

Par

En annonçant la « normalisation » des relations entre les États-Unis et Cuba, le président américain ne fait rien d'autre que ce qu'il a fait depuis le début de son double mandat. Il applique une politique pragmatique à forte portée symbolique – mettre fin à 50 ans politique bornée –, mais à faible coût politique. Il espère voir de tels choix rejaillir de manière étincelante sur son bilan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Peu de dirigeants politiques illustrent aussi bien l’adage « Faire campagne en vers, gouverner en prose » que Barack Obama. Et la décision qu’il a annoncée, mercredi 17 décembre 2014, de normaliser les relations entre Washington et La Havane s’inscrit parfaitement dans cette approche de la politique. Si le symbole de la « normalisation » entre les États-Unis et Cuba, après plus de cinquante années de glaciation et d’agressions, est très fort, il s’agit néanmoins d’un choix purement pragmatique de la part du président américain.