La demande mondiale de charbon va augmenter jusqu'en 2023

Par
La demande mondiale de charbon va augmenter jusqu'en 2023, la croissance de la consommation de ce combustible fossile en Inde et dans d'autres pays d'Asie outrepassant sa baisse en Europe et aux Etats-Unis, déclare l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LONDRES (Reuters) - La demande mondiale de charbon va augmenter jusqu'en 2023, la croissance de la consommation de ce combustible fossile en Inde et dans d'autres pays d'Asie outrepassant sa baisse en Europe et aux Etats-Unis, déclare l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

La consommation de ce combustible devrait augmenter en moyenne de 0,2% par an au plan mondial, passant de 5,355 millions de tonnes d'équivalent charbon en 2017 à 5,418 millions en 2023, prévoit l'AIE.

Ce rapport est publié quelques jours après la conclusion de la COP24, la conférence internationale sur la lutte contre le réchauffement climatique, qui s'est tenue à Katowice en Pologne et a décidé des règles de mise en oeuvre de l'Accord de Paris, lequel prévoit de contenir la hausse de la température mondiale bien en dessous de 2° Celsius par rapport au début de l'ère industrielle.

"Malgré l'attention portée par les médias à la baisse des investissements et à la désaffection vis-à-vis du charbon, la tendance du marché s'avère résistante au changement", lit-on dans le rapport de l'AIE.

Le charbon demeure la deuxième plus importante source d'énergie primaire au monde, après le pétrole, et la plus importante source d'électricité.

En Chine, la consommation de charbon devrait décroître de 0,5% par an d'ici 2023, passant à cette date à 2,673 millions de tonnes d'équivalent charbon, du fait notamment des mesures de lutte contre la pollution atmosphérique.

En Inde, en revanche, la demande devrait augmenter de 146 millions de tonnes et atteindre en 2023 les 708 millions de tonnes en 2023, dopée par la hausse de la production d'électricité à base de houille et par celle d'acier, précise l'AIE dans son rapport.

Pour que le monde atteigne ses objectifs en matière de lutte contre le réchauffement, il faudra développer davantage la capture de carbone, ainsi que les technologies de stockage, et soit stocker le dioxyde de carbone dans le sous-sol, soit l'utiliser dans d'autres secteurs industriels, écrit l'AIE.

Pour l'heure, il existe seulement 18 sites à grande échelle de capture et de stockage du carbone dans le monde, selon le Global CCS Institute.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale