Cuba: l'après-Castro est minutieusement organisé pour sauver le régime castriste

Par
À 81 ans, Fidel Castro a annoncé, mardi 19 février, son désir de ne pas être reconduit à la tête de Cuba. Ce faisant, il poursuit la transition, initiée il y a un an et demi, qui permettra au castrisme de survivre sans lui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si Fidel Castro voulait quitter le pouvoir - ou cette planète - sur un coup d’éclat retentissant façon «Après moi le déluge !», il a raté sa manœuvre en beauté. Si, au contraire, le Caballo entendait transmettre paisiblement le pouvoir à ses héritiers, habituer les Cubains à son absence, perpétuer le socialisme tropical, désespérer les Américains et peut-être s’offrir une retraite tranquille de vieux sage à la Mandela, il a réussi au delà de toute espérance.