Cambridge Analytica, le Big Brother électoral de Donald Trump

Par et
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Article intéressant. Au delà de la petite personne de Trump, ce qui m'interpèle, c'est que cette entreprise propose ses services aux quatre coins du globe, comme s'il était possible (et c'est donc visiblement le cas) de produire invariablement une victoire éléctorale sans que les idées promulguées n'entrent dans la balance...

Pour rappel, même s'il n'a pas fait appel à cette entreprise particulière, Macron s'est appuyé sur une startup spécialisée dans la collecte et l'analyse de données pour "savoir" quelle recette ferait son succès électoral. Exit les idées, on fait semblant de donner au peuple ce qu'il désire et on croise les doigts pour que ça suffise.

J'interprète ça comme un manque total de convictions et un dévoiement du processus d’élection démocratique: comment faire confiance à quelqu'un dénué de la moindre conviction? Je préfère à la limite voir un candidat présenter ses idées et se casser la gueule magistralement, ce n'est pas une défaite en soi de ne pas avoir suscité l'adhésion des français, ceux ci ont choisi une autre voie, tant pis...

En plus des médias, voila encore un rideau de communication, de marketing cynique, de fausseté jeté sur le peuple et ses moyens de participer à la démocratie.

 

La marche forcé vers ce nouveau monde des startups et de la communication me déplaît décidément de plus en plus...

  • Nouveau
  • 19/03/2018 15:45
  • Par

Ce sujet va prendre une énorme importance, le rôle de Facebook ne sera plus regardé de la même façon avant et après.

La porosité dont a profité Cambridge Analytica va apparaitre pour ce qu'elle est : systémique, c'est dans la "génétique" de Facebook et clé de son succès de passer du tronc aux branches dans toutes les connexions qu'il peut établir, ce n'est pas un vice de fabrication, c'est la marque de fabrique. La tentation du détournement monte à un degré stratosphérique dans ces conditions, ça n'a pas échappé aux pros des algos (Mercer père, Nix) et de l'ingénierie sociale, canal fasciste (Bannon, Mercer fille sans doute).

2 commentaires. Le Big Brother n'a pas l'air d'inquiéter grand monde. yell

  • Nouveau
  • 20/03/2018 05:59
  • Par

Article excellent et passionnant, y compris dans les doutes qu'il exprime. Noces du Big Data avec la propagande tournée en véritable ingénierie en bourrage de crânes, le tout à l'échelle planétaire; et le XXIème siècle ne fait que commencer!

En clair, la fiabilité du bigbrother est inversement proportionnelle à la sécurité du compte Facebook et proportionnelle à sa perméabilité.

  • Nouveau
  • 20/03/2018 11:59
  • Par

C'est bien de nous faire découvrir les entreprises de manipulation des masses US qui ont agit aux US.

Mais ce serait mieux de nous parler des entreprises de manipulation des élections US qui agissent en France, comme Level 3 Communications qui, depuis Sarkozy ministre de l'intérieur, est chargée de gérer les données des élections françaises.

Comme ce type d'activité ne demande pas un grand savoir, on peut supposer que l'intérêt est ailleurs : avoir des données détaillées sur l'électorat, la répartition des votes bureau par bureau etc.

Et au final faire de l'ingéniérie électorale, comme celle qui a permis, après une campagne marketing récompensée par les élèves d'HEC de faire non seulement élire Macron mais lui faire obtenir la majorité à l'assemblée.

De Level 3 Communication et du dépouillement des élections françaises aux US, il ne faut pas parler ?

Ah c'est vrai que Mediapart a répondu présent lors du lancement marketing du Macron, en faisait des articles pseudo-critiques qui répondaient à la demande des agences de comm : parler de Macron, le présenter comme un candidat de taille, alors qu'il n'était pas grand chose, et peu importe que ce soit en bien ou en (très légèrement) mal.

 

  • Nouveau
  • 20/03/2018 15:35
  • Par

Ceci montre qu'il est plus facile de renforcer la détermination d'un "déjà convaincu" que de convaincre un opposant.  Et surtout ces convaincus vont agir sur leur entourage, leurs "amis", parce qu'il est vrai que nous aimons, par mimétisme, ressembler à ceux que nous aimons

  • Nouveau
  • 20/03/2018 18:51
  • Par

Sur le site de Cambridge Analytica:

https://ca-political.com/?__hstc=163013475.840a1b50678f1ae8f3a35000319e841e.1521567249661.1521567249661.1521567249661.1&__hssc=163013475.1.1521567249662&__hsfp=1822326699

 

We find your voters and move them to action.

CA Political has redefined the relationship between data and campaigns. By knowing your electorate better, you can achieve greater influence while lowering overall costs.

“There are no longer any experts except Cambridge Analytica.”

- Frank Luntz, Political Pollster

 

Data-driven services

RESEARCH

Deeply understand your electorate and key voter characteristics.

DATA INTEGRATION

Get maximum value from your data by centralizing it all in one place.

AUDIENCE SEGMENTATION

Predict segments of your electorate likely to respond to your messaging.

TARGETED ADVERTISING

Serve custom designed multi-channel campaigns to engage key segments of your electorate.

EVALUATION

Inform your future outreach with campaign performance data.

 

Avec des références dont Trump !

  • Nouveau
  • 21/03/2018 16:58
  • Par

J'ai quand même un doute sur l’innocuité des méthodes de Cambridge Analytica, car je trouve au contraire qu'elles sont très efficaces.

Clinton a dépensé 3x plus pour sa campagne électorale que Trump mais cela ne l' a pas empêché de perdre, avec pourtant 3 millions de votes en plus que Trump. Et c'est bien là une preuve de l'efficacité de l'équipe de Bannon : plutôt que de se fier à la propagande électorale traditionnelle (spots TVs, affiches, tracts etc), ils ont investi avec succès  là ou il le fallait, c'est à dire sur Internet en influençant par une campagne ciblée, via le micro-profiling concocté par les sbires de Cambridge Analytica, les électeurs susceptibles de faire basculer le vote dans les états clefs, c.a.d en tirant profit du système des grands électeurs. Il suffisait d'influencer environ 40 000 électeurs (par état clef) via des messages ciblés sur mesure pour y parvenir et ils y sont parvenus.

Plutot que de s'agiter sur la soi-disant influence de Poutine, l' establishment US ferait mieux de balayer devant sa porte, c.a.d questionner le modèle économique de Facebook. Car d'ou viennent les profits faramineux de Facebook ? Tout simplement de la revente des informations collectées sur ses milliards d'usagers, au plus offrant, sans scrupule et sans limite...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale