Le gouvernement kirghize dissous après une motion de censure

Par
Le président kirghize Sooronbaï Jeenbekov a dissous jeudi le gouvernement de Sapar Isakov, après l'adoption d'une motion de censure au parlement, sur fond de lutte d'influence entre le chef de l'Etat et son prédécesseur, désormais à la tête du parti au pouvoir.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BICHKEK (Reuters) - Le président kirghize Sooronbaï Jeenbekov a dissous jeudi le gouvernement de Sapar Isakov, après l'adoption d'une motion de censure au parlement, sur fond de lutte d'influence entre le chef de l'Etat et son prédécesseur, désormais à la tête du parti au pouvoir.

Jeenbekov avait déjà limogé les responsables des services de sécurité et les membres du parquet général nommés par Almazbek Atambaïev, auquel il a succédé en novembre.

Ce dernier, qui se trouve maintenant aux commandes du Parti social-démocrate, principale formation de la coalition au pouvoir, a soutenu sa candidature, mais s'est récemment montré critique à son égard, ce qui semble trahir une crise de confiance.

Quelques heures après l'adoption de la motion de censure, les sociaux-démocrates ont désigné Mukhammedkaliy Abilgaziev, le chef de cabinet de Sooronbaï Jeenbekov, au poste de Premier ministre.

Le parlement doit confirmer cette nomination vendredi.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale