Di Maio accuse la Ligue de menacer le gouvernement, Salvini dément

Par
La Ligue menace la survie du gouvernement en protégeant l'une de ses figures, a déclaré vendredi le vice-président du Conseil Luigi di Maio, immédiatement démenti par Matteo Salvini, chef de file du mouvement d'extrême droite, lui aussi vice-président du Conseil.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

ROME (Reuters) - La Ligue menace la survie du gouvernement en protégeant l'une de ses figures, a déclaré vendredi le vice-président du Conseil Luigi di Maio, immédiatement démenti par Matteo Salvini, chef de file du mouvement d'extrême droite, lui aussi vice-président du Conseil.

Les tensions au sein coalition au pouvoir à Rome, qui réunit le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue, ont été ravivées depuis qu'Armando Siri, secrétaire d'Etat aux Transports et conseiller économique de Matteo Salvini, a été accusé d'avoir reçu des pots-de-vin en contrepartie de faveurs.

Selon des sources de Reuters, la justice italienne a ouvert une enquête pour corruption visant Armando Siri, qui clame son innocence, alimentant les tensions entre les deux composantes de la coalition.

S'exprimant vendredi sur son compte Facebook, Luigi di Maio a prié la Ligue de régler au plus vite la question d'Armando Siri et considéré que la survie du gouvernement était menacée.

Matteo Salvini lui a rapidement répondu, sur Facebook également, en assurant qu'il n'avait pas l'intention de faire tomber le gouvernement.

"Quelle crise ?", a-t-il lancé à son homologue. "Je ne comprends pas pourquoi aujourd'hui, l'ami Di Maio parle de 'crise gouvernementale'", a-t-il poursuivi, avant de souhaiter "un bon vendredi saint à tous".

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale