En Algérie, un projet de Constitution loin des exigences du Hirak

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Très mal élu en décembre 2019, sur fond d’abstention abyssale, à l’occasion d’une présidentielle massivement contestée et rejetée par la rue, le nouveau président algérien Abdelmadjid Tebboune avait promis une révision « profonde » de la Constitution et l’avènement d’une « nouvelle République ».