Comment l'Afrique a inventé la banque mobile

Par

Face aux criseséconomique, alimentaire ou climatique, les solutions existent. Mais pasforcément là où on les imagine. Toute cette semaine, Mediapart met en avant desidées ou des politiques novatrices et efficaces, mises en place dans les paysdu Sud, et qui pourraient bien débarquer en Europe dans les années à venir.Premier volet de cette série: comment l'Afrique a transformé sestéléphones portables en porte-monnaie électroniques, pour combattre la grandepauvreté. Au grand dam des géants bancaires implantés sur le continent... Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dorothy Achieng est étudiante à l'université de Nairobi. A son arrivée sur le campus il y a trois ans, l'argent était sa principale source de tracas. Non pas qu'elle en manquait: sa famille lui finançait ses études, et continue de le faire aujourd'hui. C'est la façon dont cet argent lui était acheminé qui posait problème, depuis la ville de Migori où vivent ses parents, à quelque 300 kilomètres de la capitale. Dorothy devait attendre qu'un proche de la famille soit de passage à Nairobi, pour récupérer la liasse de billets tant attendue. Ou se résoudre à passer par une agence bancaire, malgré les longues files d'attente et les taxes faramineuses appliquées sur chaque transaction. Depuis un peu plus d'un an, son quotidien a changé. Ses parents lui envoient des sommes, plus modestes mais plus fréquentes, directement sur son téléphone portable. Avec des frais de transaction bien plus acceptables – autour de 30 shillings (moins de 30 centimes d'euro).