La ruée sur les terres du Sud, le rapport accusateur que vous n'avez pas lu

Par
La Banque mondiale doit publier depuis décembre 2009 un rapport sur la course aux terres agricoles dans les pays du Sud. Mais le texte dénoncerait l'attitude de bon nombre d'investisseurs étrangers en Afrique, qui ne se préoccupent pas du développement des pays d'accueil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bientôt septembre et la Banque mondiale n'a toujours pas publié son rapport très attendu sur l'accaparement des terres agricoles dans les pays du Sud, prévu initialement pour décembre 2009. Pourtant le Financial Times s'en était procuré les grandes lignes le 27 juillet: l'étude, intitulée «La ruée mondiale sur les terres», se montre particulièrement sévère à l'égard de ces gigantesques cessions d'actifs agricoles, en plein essor depuis 2006, et dénoncées par bon nombre d'observateurs, dont Jacques Diouf, le patron de l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), comme un nouvel avatar du «néocolonialisme».