En Côte d’Ivoire, des marins pêcheurs dénoncent un «esclavagisme moderne» à bord de bateaux français et espagnols

Par Nejma Brahim, François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

Discriminations, mauvais traitements et faible rémunération : Mediapart a enquêté sur les conditions de travail des marins pêcheurs ouest-africains à bord de bateaux français et espagnols. Et c’est effarant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abidjan (Côte d’Ivoire).– Le thon en boîte des marques Saupiquet ou Albacora a comme un arrière-goût de racisme. Malgré la peur des représailles, des marins pêcheurs ivoiriens ont accepté de se livrer sur leur quotidien à bord de thoniers français et espagnols. Des injures racistes aux grossièretés – « Regarde-moi ce singe ! », « Sale nègre », « Hijo de puta », « Va chier ! » –, la vie en mer est devenue un cauchemar auquel ces travailleurs sans autre qualification ne peuvent échapper.