Bolivie: cette opposition qui veut se débarrasser d'Evo Morales

Par
Durant une semaine, de très violentes manifestations organisées par l'opposition ont déstabilisé le régime du président socialiste bolivien, Evo Morales. Les dirigeants des régions de l'est, les plus riches, se rebellent contre le pouvoir de La Paz et les réformes prévues, redistribution des terres, meilleure répartition des revenus des hydrocarbures, réforme de la constitution. Explications avec le sociologue Franck Poupeau, qui vit en Bolivie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était un test pour l'Union sud-américaine des nations (Unasur), qui réunit douze pays du sous-continent. Quatre mois après avoir vu le jour, cette organisation s'est réunie d'urgence en début de semaine pour se prononcer sur la crise bolivienne. Depuis dix jours, de violentes manifestations organisées par l'opposition menacent le président Evo Morales.