L’intimité des Américains ordinaires

Par

Depuis plus de dix ans, un studio ambulant sillonne les États-Unis pour proposer à ceux qui le veulent d’enregistrer leur échange avec une autre personne. En recueillant les paroles d’anonymes, StoryCorps entend resserrer les liens et documenter l’Amérique contemporaine. Mais le projet n’invite-t-il pas d’abord à la mise en scène de soi ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2003, le documentariste Dave Isay a une idée relativement simple : proposer à deux personnes de se retrouver devant un micro enregistreur dans une cabine insonorisée disposée sur la voie publique, et leur donner, à l’issue des 40 minutes d’enregistrement, un CD gravé de leur échange. Le premier lieu choisi pour tenter l’expérience est la gare de Grand Central à New York, un lieu de très fort passage et de mixité sociale. Assez rapidement, le studio devient ambulant en s’intégrant à un camion, et se déplace dans différents lieux de New York – Ground Zero et Brooklyn –, puis sillonne les États-Unis. Aujourd’hui, il existe trois stations permanentes d’enregistrement : Atlanta, Chicago, San Francisco, et un camion-studio qui se déplace de ville en ville et s’arrête quelques jours dans chaque lieu pour y faire le plein d’histoires.