Après Gaza, l'horizon noir d'une reprise du dialogue

Par
Et maintenant? Alors que la communauté internationale s'agite et que Gaza prend la mesure des dévastations commises par la guerre, le bilan politique est tout aussi sinistre. Le Hamas est toujours là, Israël s'interroge sur ce qui a été gagné. Et tout dialogue paraît renvoyé à un futur trouble. Illustration en a été faite, lundi soir à Paris, lors d'une réunion par l'hebdomadaire Marianne et où sont intervenus l'ambassadeur de la Palestine Elias Sanbar et l'ancien ambassadeur d'Israël Elie Barnavi. Récit

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un nouveau bilan est en train d'émerger des ruines de la bande de Gaza. Alors que le cessez-le-feu décidé dimanche est respecté, les 1,5 million de Palestiniens arpentent les dévastations causées par trois semaines d'offensive israélienne. Dimanche soir, le bilan officiel était de 1.300 morts et de plus de 5.000 blessés côté palestinien, de 13 morts côté israélien. Le secrétaire général de l'Onu, qui a visité Gaza ce mardi, a pu prendre la mesure des destructions provoquées : plus de 4.000 bâtiments détruits, plus de 20.000 habitations endommagées. Dans le déblai des champs de ruines, des corps sont retrouvés, laissant craindre un bilan final autrement plus élevé.